Classement mondial de la liberté de la presse : la France perd des points

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

30 octobre 2006. – Reporters sans frontières (RSF), une organisation non gouvernementale (ONG) de défense de la liberté de la presse, a publié l'édition 2006 de son classement mondial de la liberté de la presse. Selon ce classement, les pays les plus libres sont ex-æquo la Finlande, l'Islande, l'Irlande et les Pays-Bas. Le moins libre, à la 168ème place, est la Corée du Nord, dont les médias sont complètement contrôlés par le dirigeant Kim Jong-il.

La France arrive à la 35ème place et « perd cinq places depuis l’année dernière et vingt-quatre places en cinq ans ». Cela est dû, selon RSF, à « la multiplication des perquisitions au sein de médias et des mises en examen de journalistes » et aux agressions de journalistes pendant la crise des banlieues de novembre 2005 et pendant le conflit syndical né de la privatisation de la SNCM, en Corse.

Les États-Unis d'Amérique sont à la 53ème place, ex-æquo avec le Botswana, la Croatie et les Tonga, et perdent neuf places par rapport à l'année précédente. Les USA étaient à la 17ème place à la première édition du classement en 2002. Les violations des droits de la presse citées par Reporters sans Frontières comprennent le cas de Sami al-Haj, le caméraman d'Al-Jezira qui est emprisonné sans procès au depuis juin 2002 à la prison de Guantanamo, et l'emprisonnement de Josh Wolf, un journaliste freelance qui a refusé de remettre à un grand jury des vidéos d'une manifestation.

Reporters sans frontières écrit son classement en recensant « l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre des médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.) ». Il ne mesure pas la qualité de la presse.

Sources