Cinq groupes industriels s'organisent pour éviter les litiges liés à Linux

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

16 novembre 2005. – Cinq groupes industriels s'organisent pour éviter les litiges liés à Linux.

Afin d'éviter les conflits, IBM, Sony, Philips, Novell et Red Hat veulent racheter les licences violées par Linux.

Selon le Wall Street Journal, IBM, Sony, Philips Electronics, Novell et Red Hat - cinq grandes entreprises de la haute technologie - auraient fait un don à une société à but non lucratif appelée Open Invention Network (OIN). Celle-ci devrait utiliser l'argent pour racheter les brevets nécessaires au dévelopemment des solutions Linux.

OIN ferait par la suite profiter gratuitement les entreprises de ces licenses, entreprises qui s'engagent en contrepartie à ne pas appliquer leur propre système de license. Un accord qui supprimerai donc les risques de poursuites pour cause de vilation de brevets.

Car le système Linux et les logiciels libres dans leur ensemble pourrait se voir gêné par les lois concernants les brevets logiciels qui, si elles n'existent pas encore en Europe, sont une réalité dans le reste du monde, notamment aux États-Unis et au Japon.

Linux violerait 228 brevets

En novembre 2004 lors de son voyage en Asie, Steve Ballmer critiquait, voire menaçait, les entreprises choisissants Linux pour leur parc informatique. D'après le PDG de Redmond, le système OpenSource enfreindrait 228 brevets. Les entreprises utilisants Linux seraient donc susceptibles de poursuites judiciaires. "Viendra un jour où tous les pays qui rejoignent l'OMC (Organisation mondiale du commerce) seront invités à s'acquitter du paiement des droits de cette propriété intellectuelle", avait affirmé le responsable selon des propos rapportés par Reuters.

Les cinq grand groupes précédemment cités décideraient donc de prendre le taureau par les cornes et d'investir dans les licenses litigeuses. Toujours selon le Wall Street Journal, Novell aurait déjà acquis des licences de Commerce One Inc pour un montant de 15,5 millions de dollars.