Canada : l'aide du gouvernement fédéral est jugée insuffisante par les pêcheurs

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

23 septembre 2009. – Ce mardi, la ministre des Pêches et Océans du Canada, Gail Shea, était à Escuminac au Nouveau-Brunswick. À cette occasion, elle a annoncé un programme de 15 millions de dollars canadiens d'aides aux pêcheurs de homards du Québec et des Maritimes en pleines difficultés. Concrètement, cette aide est d'un montant de 5 000 $ pour les pêcheurs admissibles. La ministre a aussi énuméré les critères d'admissibilité à ce programme d'aide : les pêcheurs doivent avoir un salaire de moins de 50 000$ et avoir subi une perte de revenu d'au moins 25 % par rapport à l'année précédente. Les pêcheurs présents à Escuminac ont dénoncé un montant beaucoup trop faible et la ministre allant même jusqu'à les approuver. De plus, les pêcheurs dénoncent le fait que très peu sont admissibles au programme, car disposant d'un salaire brut de plus de 50 000$. Cependant, en considérant l'investissement nécessaire afin de sortir le bateau du quai à chaque année, le salaire net est beaucoup moindre. La crise dans secteur est surtout dû à l'effondrement du prix du homard, passant en deux ans, de 4 $ la livre à 2,75$. Une étude datant de 2004 de Pêches et Océans Canada démontre que le prix de 4 $ la livre pour le homard constitue le minimum pour que les pêcheurs puissent payer les dépenses inhérentes à leur activité. « Ça, c'était en 2004. En 2009, les dépenses sont bien plus élevées » souligne le président de l'Union des pêcheurs des Maritimes, André Martin. Les pêcheurs présents ont aussi prononcé leur insatisfaction face à l'aide du gouvernement fédéral pour la durabilité de l'industrie de la pêche dans l'est du Canada.

Sources