Brésil : hausse de l'inflation et des taux d'intérêt pour 2011

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher
Siège de la banque centrale du Brésil à Brasília

1er mars 2010. – Les analystes des marchés financiers s'attendent à une inflation et des taux d'intérêt plus élevés en 2011. Selon le bulletin Focus, publié aujourd'hui par la Banque centrale[1], l'estimation de l'indice des prix à la consommation (IPCA)[2] dans la prochaine année est passé de 4,50 % à 4,53 % après 86 semaines de stabilité.

La projection pour l'IPCA continue cette année de s'écarter de l'objectif fixé de 4,5 % d'inflation, avec une marge de deux points de pourcentage en plus ou en moins. Cet objectif est valable pour cette année et 2011.

Cependant, les analystes ne s'attendent pas à ce que la Banque centrale, chargée de poursuivre l'objectif d'inflation, commence à augmenter les taux d'intérêt lors de la réunion du Comité de politique monétaire (COPOM)[3], prévue pour les 16 et 17 de ce mois. Actuellement, le taux Selic est de 8,75 % par an. À la fin de l'année, cependant, la projection pourrait être de 11,25 %, le même que lors du bulletin précédent.

Les prévisions pour la Selic (taux d'intérêt de base de l'économie), l'outil de la Banque centrale pour contrôler l'inflation, est passé de 11 % à 11,25 % par an après 2011.

L'estimation des analystes pour l'indice général des prix — Disponibilité interne (IGP-DI)[4] pour cette année est passé de 5,58 % à 5,70 %. Pour l'indice général des prix du marché (IGP-M)[5], l'estimation a également augmenté de 5,30 % à 5,86 % en 2010.

La projection de l'indice des prix à la consommation de la Fondation Institut de recherche économique (IPC-Fipe)[6] a chuté, à son tour, de 5,26 % à 5,17 %. Pour l'an prochain, l'estimation de ces taux — IGP-DI, IGP-M et de l'IPC — reste à 4,5 %.

Les attentes des analystes pour les prix administrés se sont maintenues à 3,60 % en 2010, et 4,50 % en 2011. Les prix réglementés sont ceux facturés par les services surveillés, comme le carburant, électricité, téléphone, médicaments, eau, éducation, assainissement, transports urbains collectifs, entre autres.

Les analystes n'ont pas modifié les prévisions concernant la croissance en 2010 et 2011. L'estimation pour l'expansion du produit intérieur brut (PIB)[7], la somme de tous les biens et services produits dans le pays, est restée à 5,50 % cette année et à 4,50 % en 2011.

En ce qui concerne la croissance de la production industrielle cette année, l'estimation est passée de 8,41 % à 8,60 %. Les analystes ont également porté l'estimation pour l'année prochaine de 4,95 % à 5 %.

La projection pour le ratio de la dette nette du secteur public au PIB s'est établi à 41,70 % cette année et a baissé de 40,30 % à 40 % en 2011.

Les prévisions pour l'excédent commercial (solde positif des exportations moins importations) pour cette année est demeurée à 10 milliards de dollars. Il a été fixé à 1,6 milliard de dollars cette année et à 2,8 milliards de dollars en 2011.

Pour le déficit du compte courant (résultat des transactions de vente de biens et de services au Brésil et les pays étrangers), l'estimation pour cette année est resté à 50 milliards de dollars et a été modifié, passant de 56 410 milliards de dollars à 57 890 milliards de dollars pour 2011.

L'attente pour les investissements directs étrangers (affectation des ressources au secteur productif du pays) a été maintenu à 38 milliards de dollars en 2010 et à 40 milliards de dollars en 2011.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse Agência Brasil, publiée sous la licence Creative Commons Attribution 2.5 Flag of Brazil.svg, intitulée
«  Projeção de analistas para 2011 é de mais inflação e alta de juros » datée du 1er mars 2010.
Notes

Source