Barack Obama pose le premier jalon d'une possible candidature à l'investiture démocrate pour la Maison Blanche

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Portrait officiel de Barack Obama.

19 janvier 2007. – Barack Obama, 45 ans, sénateur de l'Illinois, a annoncé sur son site Web, mardi 16 janvier 2007, qu'il venait de créer un « comité présidentiel exploratoire » en vue de son éventuelle candidature à l'investiture du Parti démocrate pour l'élection présidentielle de novembre 2008.

L'annonce définitive de son éventuelle candidature – ou de son renoncement – devrait survenir le 10 février, après trois semaines de consultations menées auprès de personnes d'horizons divers au travers des États-Unis, M. Obama estimant nécessaire « d'écouter et d'en apprendre plus sur les défis [que les États-Unis] doivent relever, en tant que nation, sur les occasions qui se trouvent devant [eux] et sur le rôle que devrait jouer une campagne présidentielle pour rassembler le pays ».

Le sénateur ne semble pas se montrer dupe de la réalité de sa popularité, comme pourrait le laisser croire cet extrait du début de son discours : « concourir pour la présidence est une décision profonde – une décision que nul ne devrait prendre sur la seule base de l'engouement des médias ou de son ambition personnelle –, et c'est pourquoi je voulais, avant de m'impliquer avec ma famille dans cette course, être certain de faire le bon choix, pour nous mêmes et, ce qui est primordial, pour le pays »

M. Obama justifie sa décision par le fait que « les décisions prises à Washington au cours des six dernières années, et les problèmes qui ont été ignorés, ont placé le pays dans une situation périlleuse ». Il cite notamment les mutations économiques, qui induisent de profonds changements dans le monde du travail et en matière sociale et souligne que la dépendance envers le pétrole fait courir un risque tant pour la sécurité des États-Unis que celle de la planète entière. Enfin, il rappelle que, selon ses vues, les États-Unis sont toujours « embourbés dans une guerre tragique et coûteuse qui n'aurait jamais dû avoir lieu », faisant ainsi allusion à la guerre d'Irak, déclenchée au printemps 2003, et qui a déjà coûté la vie à plus de 3 000 soldats américains.

Hasard du calendrier ou pas, on a remarqué que Hillary Rodham Clinton, sénatrice de l'État de New York, elle-même donnée comme probable candidate à l'investiture démocrate et considérée comme une des favorites, avait multiplié les interventions médiatiques, dans la journée du mercredi 17 janvier. Certains observateurs ont estimé qu'elle aurait pu, de la sorte, s'efforcer de limiter l'impact médiatique de l'annonce d'une probable candidature de Barack Obama. Quoi qu'il en soit, Mme Clinton n'est pas restée inactive puisque, sans renier son engagement initial en faveur de la guerre en Irak, elle a déposé un projet de loi visant à plafonner l'effectif des troupes américaines stationnées en Irak au niveau atteint le 1er janvier janvier 2007, soit environ 132 000 hommes ce qui, en cas d'adoption par le Congrès, viserait à contraindre le président George W. Bush à renoncer à son plan de renforcement des effectifs de plus de 22 500 soldats. Ce faisant, la sénatrice ferait d'une pierre plusieurs coups : elle s'efforce ainsi de montrer à l'opinion publique américaine qu'elle est bien consciente de l'impopularité de la guerre commencée en 2003, tout en insistant sur son « sens des responsabilités », en ne se prononçant pas pour un retrait rapide des troupes déployées sur le terrain, retrait qui entraînerait probablement pour l'Irak une guerre civile encore plus meurtrière que celle qui s'y déroule actuellement [1].

Une certaine frange de la droite conservatrice américaine n'hésite pas à penser que la sénatrice Clinton remportera l'investiture démocrate face au jeune sénateur de l'Illinois. Matt Towery par exemple, ancien collaborateur de Newt Gingrich [2], estime ainsi, dans les colonnes de l'hebdomadaire conservateur Human Events, que le sénateur, par son manque d'expérience face au « vieux routier » de la politique qu'est Hillary Clinton, ne ferait pas le poids d'autant que, selon toute évidence, la sénatrice n'a pas encore déployé toutes ses batteries dans le combat qui s'annonce.

Notes

Sources

Sources francophones
Sources anglophones