Angela Merkel prononce un discours devant la Knesset

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vue du bâtiment de la Knesset, le parlement israélien

18 mars 2008. – « Je vous remercie de m’avoir fait l’honneur de pouvoir m’adresser à la Knesset. C’est un grand honneur pour moi. » C'est par ces mots, prononcés en hébreu, que la chancelière allemande Angela Merkel a commencé son discours d'une vingtaine de minutes, le premier tenu par un chef d'État allemand devant la Knesset, le parlement israélien.

Au troisième et dernier jour de son voyage diplomatique en Israël, la chancelière était en effet invitée officiellement à prononcer un discours dans le cadre des célébrations du 60e anniversaire de l'État hébreu. Après les hymnes nationaux, la levée des drapeaux et son introduction en hébreu, elle a poursuivi son discours en allemand, en évoquant la Shoah qui « remplit de honte » les Allemands. Elle a poursuivi en déclarant « Je m’incline devant ses victimes, ses survivants et ceux qui les ont aidés à survivre », tout en assurant qu'« Allemands et Israéliens sont et seront toujours liés d’une manière particulière par la mémoire de la Shoah ».

Le second grand thème de son discours concerne la sécurité israélienne et en particulier sa prise de position très ferme sur le problème du nucléaire iranien, prise de position pour laquelle le Premier ministre Ehud Olmert l'avait saluée quelques minutes auparavant. Elle a même déclaré : « toute atteinte à la sécurité d’Israël équivaut à une atteinte à la sécurité de l’Allemagne ». Dans le même esprit, elle a vivement condamné les attaques à la roquette du Hamas depuis la bande de Gaza avant d’adresser ses « vœux les plus chaleureux pour le 60e anniversaire » de l’État d’Israël.

Une dizaines de parlementaires seulement ont préféré ne pas assister à cette intervention. Certains d'entre-eux, dont Arye Eldad, dont les grands-parents ont péri lors de l'Holocauste, entendaient ainsi protester contre la tenue d'un discours officiel en allemand, dans un pays qui n'a établi ses relations diplomatiques avec l'Allemagne qu'en 1965.

La veille, la chancelière, accompagnée d'Ehud Olmert, s'était rendue au Mémorial de Yad Vashem où elle a déposé une gerbe en mémoire des victimes du régime nazi. Elle a ensuite présidé une réunion conjointe des cabinets allemand et israélien, initiative qui doit être renouvelée une fois par an alternativement en Allemagne et en Israël, tout comme c'est déjà le cas entre l'Allemagne et la France, l'Italie, l'Espagne, la Pologne et la Russie.

Sources