ABM américain en Europe : la position de Moscou inchangée

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dmitry Medvedev official large photo -8 brightly.jpg
Voir aussi


Ensemble des articles sur le sujet
Voir aussi Dmitri Medvedev sur


11 février 2009. – La position de Moscou sur le déploiement de la troisième zone de positionnement du bouclier antimissile (ABM) américain reste inchangée, a déclaré mercredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à l'issue de négociations à Moscou avec la « troïka » européenne.

Le ministre a confirmé que la Russie ne riposterait à ce déploiement que si des éléments de l'ABM étaient « physiquement » installés en Europe.

M. Lavrov a noté que ce thème n'avait pas été « examiné de manière détaillée » au cours des négociations.

« J'ai évoqué les projets de déploiement de la troisième zone de positionnement de l'ABM américain en Europe de l'Est au nombre des problèmes ayant trait à la sécurité européenne qui nécessitent (…) une discussion franche, dans le sillage de l'initiative de Dmitri Medvedev qui a proposé de mettre au point un nouvel outil de sécurité euro-atlantique », a indique le chef de la diplomatie russe.

« Nous ne considérons pas que nos éventuelles démarches en réponse au déploiement de la troisième zone représentent une menace, et nous le répétons depuis longtemps. Il ne s'agit que d'une mesure militaire et technique nécessaire », a souligné le ministre.

« Si cette zone n'est pas créée, il n'y aura aucune réponse de la part de la Russie », a ajouté M. Lavrov.

L'ancienne administration américaine a prévu de déployer des éléments du système ABM en Europe, comprenant un radar en République tchèque et dix missiles intercepteurs en Pologne. Le premier de ces missiles devrait être opérationnel en 2011, les autres d'ici 2013.

Selon Washington, le système a pour mission de contrer la menace balistique émanant d'Iran. La Russie s'oppose catégoriquement au déploiement de la troisième zone de positionnement du bouclier antimissile américain à proximité de ses frontières, et qualifie cette démarche d'atteinte à sa sécurité nationale.

L'administration Obama a fait savoir sa volonté de s'en tenir aux plans existants, tout en se disant prête à mener des consultations avec Moscou au sujet de l'ABM en Europe et à « rénover » les rapports avec la Russie.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  ABM américain en Europe: la position de Moscou inchangée (Lavrov) » datée du 11 février 2009.

Sources