États-Unis : une plate-forme pétrolière prend feu dans le golfe du Mexique

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Des bateaux-pompes combattent l'incendie de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon le 21 avril 2010, la marée noire qui s'en suit est la pire de l'histoire des États-Unis

3 septembre 2010. – Une plate-forme pétrolière a pris feu, jeudi, au large de la Louisiane, dans le golfe du Mexique, l'incendie a cependant pu être éteint et n'a pas provoqué de fuite de pétrole, selon les garde-côtes américains. « L'incendie est éteint, les hélicoptères des gardes-côtes sont sur place et les navires sur place ne signalent aucune nappe visible dans l'eau », a déclaré Peter Troedsson, un responsable des gardes-côtes. « Il n'y a pas de traces de fuites, mais nous continuons à enquêter et à surveiller la situation pour être certains que cela ne changera pas », a-t-il ajouté. La compagnie Mariner Energy, basée à Houston et propriétaire de l'installation, a déclaré que celle-ci ne forait pas au moment de l'accident. Les 13 employés à bord ont été secourus par les garde-côtes après avoir réussi à s'échapper en se jetant à l'eau, un des hommes aurait été blessé.

Plusieurs bateaux ont été envoyés à partir de La Nouvelle-Orléans, de Houston et de Mobile sur le site de l'accident en plus des trois bateaux de la compagnie déjà sur place pour éteindre l'incendie et évaluer les dégâts. La plate-forme se trouve à 130 km au sud de Vermillion Bay, en Louisiane. Elle opérait en eaux peu profondes (135 m), facilitant ainsi la la résolution de tout problème de marée noire. L'accident survient plus de quatre mois après l'explosion puis le naufrage de la plateforme Deepwater Horizon de BP — également située dans le golfe du Mexique — en avril dernier. En comparaison, cette plate-forme opérait à 1500 m sous la mer, une profondeur à laquelle aucun nageur ne peut s'aventurer. Il a fallut trois mois de travaux à l'aide de robots pour colmater le puits après qu'il eut déversé 5 millions de baril de pétrole brut dans le golfe du Mexique.

La Maison Blanche restait aujourd'hui en alerte. « Nous allons continuer à rassembler les informations. Nous avons bien évidemment des moyens prêts à être déployés dans le cas où une pollution marine serait signalée », a déclaré Robert Gibbs, le porte-parole de Barack Obama. Le président de la compagnie, Scott Josey, a quant à lui été convoqué au Congrès le 10 septembre par les responsables de la commission de l'Énergie et du Commerce de la Chambre des représentants qui lui « demande une réunion sur l'incident et ses éventuelles causes ». Selon un porte-parole de cette compagnie, la plate-forme avait été endommagée par l'ouragan Ike il y a deux ans et avait subi des réparations avant d'être remise en opération cette année. Elle produit environ 1 400 barils de pétrole et plus de 250 000 m³ de gaz par jour.

Parallèlement, L'Express indique aujourd'hui qu'un pétrolier armé par le groupe canadien Woodward's Oil, le Nanny, s'est également échoué sur un banc de sable hier dans la soirée en Arctique. Transportant quelque neuf millions de litres de gazole, le pétrolier s'est échoué dans la route du Nord, une voie maritime située au nord-ouest de l'Arctique canadien, dans un passage de plus en plus pratiqué par les bateaux car libre de glaces pendant quelques semaines estivales. Un brise-glace des garde-côtes canadiens est rapidement arrivé sur place alors que l'équipage a annoncé n'avoir remarqué aucune trace de brut dans les eaux polaires. Les garde-côtes attendent désormais « les plans du propriétaire du navire pour mener les opérations de la manière la plus prudente ».

Sources


  • Page États-Unis de Wikinews Page « États-Unis » de Wikinews. L'actualité américaine dans le monde.