États-Unis : nouvelles sanctions de Washington contre le Niger

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Localisation du Niger
Mamadou Tandja, en 2005

24 décembre 2009. – Le gouvernement américain a annoncé hier que, face au refus du président nigérien Mamadou Tandja de quitter le pouvoir à la fin de son second mandat, les États-Unis avaient décidé de suspendre leur aide non humanitaire au gouvernement nigérien. C'est ce qu'a annoncé le porte-parole Ian Kelly, en précisant que la Secrétaire d'État Hillary Clinton avait également imposé des restrictions sur les déplacements de certains membres du cabinet nigérien, et d'autres individus qui soutiennent des politiques ou actes qui empêchent le retour à la légalité constitutionnelle au Niger.

Début décembre, Washington avait déjà suspendu son aide au Niger dans le cadre d'un programme qui lie l'assistance à la bonne gouvernance, la Société du compte du millénaire (Millenium Challenge Corporation). Un programme chiffré à 23 millions de dollars.

Le second quinquennat successif de M. Tandja devait s'achever le 22 décembre dernier, mais il a été prolongé par l'adoption d'une nouvelle Constitution en août, un référendum controversé, qui a suscité des protestations de l'Occident, mais aussi de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

Lorsque l'Assemblée législative et la Cour constitutionnelle ont déclaré le référendum illégal, le président Tandja a dissout successivement le Parlement, puis la Cour constitutionnelle, et gouverne désormais par décret.

Sources