États-Unis : le Sénat adopte sa version de la réforme de l'assurance-maladie

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Emblème du Sénat américain

25 décembre 2009. – Le Sénat américain a approuvé, hier, le projet de loi portant sur la réforme de l'assurance-maladie, l'une des priorités du président Barack Obama. Suivra ensuite la difficile étape de conciliation, avec une mesure similaire adoptée par la Chambre des représentants[1] avant qu'une version finale soit envoyée au président Obama pour promulgation.

« Il y a 60 votes pour et 39 votes contre, le projet de loi sur la réforme de l'assurance-maladie est adoptée », a annoncé le vice-président Joe Biden, qui présidait la session du Sénat. Tous les républicains se sont opposés à la mesure, tandis que tous les démocrates et deux sénateurs indépendants l'ont approuvée.

D'un coût estimé à 871 milliards de dollars, la mesure vise à étendre la couverture médicale à 30 millions d'Américains actuellement sans assurance-maladie. Elle vise aussi à créer une plus grande compétition entre les compagnies privées d'assurance et étendre la gamme des polices d'assurance offertes.

Tout comme la version approuvée par les députées à la Chambre, celle du Sénat mettra fin à la pratique des compagnies d'assurances de refuser de couvrir les personnes malades. Sous les deux projets, presque tous les Américains devront se procurer une forme d'assurance-maladie, et les moins nantis bénéficieront de subventions du gouvernement.

« Les adversaires du projet de loi ont tout fait pour empêcher le vote », a estimé le sénateur Harry Reid, chef des démocrates au Sénat. « C'est une victoire, dans la mesure où nous avons affirmé que la possibilité de mener une vie saine dans notre grand pays et un droit, et non seulement un privilège réservé à quelques uns », a-t-il déclaré à la presse.

Durant les dernières heures de débat sur le projet, les Républicains ont fait valoir que « la mesure ne sera pas efficace et qu'elle augmentera le déficit budgétaire du pays ». « Cette législation reflète peut-être une grande vision, et représente peut-être une bonne idée sur les moyens de mieux faire fonctionner le système, mais cela ne sera pas le cas. Il y a d'énormes coûts que ne sont pas financièrement acceptables », a dit Jeff Sessions, sénateur républicain de l'Alabama.

Des négociations s'engageront en début d'année 2010 entre le Sénat et la Chambre pour concilier leurs projets de loi sur la réforme de l'assurance-maladie. Les démocrates libéraux de la Chambre déplorent le fait que la version du Sénat n'inclue pas d'option publique, c'est-à-dire une assurance-maladie administrée par le gouvernement. Ils désirent « maintenir cette option, tout comme diverses dispositions qui sont nécessaires pour protéger les classes moyenne et basse ».

Les responsables de l'administration américaine ont laissé entendre que les négociations sur le projet de loi final pourraient durer jusqu'au discours sur l'état de l'Union de M. Obama, en janvier, et même au-delà.

Notes

Source