Éric Besson : la 4G se fera en faveur des opérateurs virtuels

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Éric Besson

26 novembre 2010. – À l'occasion du discours d'introduction des Assises du Numérique (à l'université Paris Dauphine), le ministre de l'Industrie, de l'Énergie et de l'Économie Numérique est revenu sur la politique gouvernementale, notamment en matière de 4G.

Pour Éric Besson, il ne fait plus aucun doute que le numérique est un enjeu essentiel des sociétés contemporaines, un atout compétitif, un nouveau droit fondamental. C'est dans cette optique qu'il affirme vouloir poursuivre et accélérer le développement de la France en matière de réseaux. Cela passe par les lignes fixes, avec le très haut débit, la fibre optique : on connait l'objectif – ambitieux – affiché de 70 % de couverture en 2020 et 100 % en 2025. En assurant un réseau fixe dense et national, le gouvernement pense réduire la fracture numérique. Cela passe également par les réseaux mobile.

M. Besson a défendu une politique en faveur d'une concurrence accrue dans le marché des télécoms. Un élément bien connu est l'entrée d'un quatrième opérateur, Free Mobile, sur le marché français. Mais l'État envisage également de développer le réseau très haut débit mobile de type 4G LTE. À cette occasion, le ministre a clairement affiché la volonté d'une redistribution équitable des lots de fréquences hertziennes et, nouveauté, de poser comme condition un soutien aux opérateurs virtuels (MVNO). En effet, ces derniers entretiennent une concurrence dans le secteur et favorisent la diminution des prix pour le consommateur.

Neelie Kroes

Outre les questions de réseaux, le ministre a mis en valeur les soutiens actuels et à venir, de la part du gouvernement, en matière de R&D. Cette politique ambitieuse est financée en partie par le Grand Emprunt (certains intervenants des débats suivants ont par ailleurs souligné que les aides allaient diminuer de 10 %) et s'est surtout manifestée par l'augmentation du Crédit d'Impôt Recherche (CIR), qui a permis l'implantation de nombreux départements d'innovation en France.

Enfin, M. Besson a rappelé l'importance de ne pas se limiter à la recherche mais de permettre l'implantation locale d'entreprises du numériques. Une telle vision n'a pas une simple vocation protectionniste, comme l'a souligné l'intervenante suivante, Mme Neelie Kroes, commissaire européen à la Stratégie numérique et vice-présidente de la Commission. En effet, dans des domaines comme le Cloud Computing, la sécurité des flux, la confidentialité des données et la maîtrise des lois qui s'imposent à leur traitement plaident en faveur d'une implantation, sinon française, du moins européenne.

Sources


Wikinews
Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews .
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).