Énergie électrique des racines

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

9 décembre 2012. – Une nouvelle source d'énergie électrique, basée sur l'interaction entre les racines des plantes et les bactéries, serait à l'étude. 70 % de l'énergie de la photosynthèse végétale se retrouve dans le sol.

Pour en utiliser une partie, Marjolein Helder, de l'Université de Wageningen aux Pays-Bas, propose de placer une anode très proche d'une racine de plante, là où les bactéries interagissent avec les racines, et une cathode dans de l'eau, de l'autre coté d'une membrane.

Lors de ses essais, elle aurait obtenu 0,4 W d'électricité par mètre carré de surface de végétation de marais, plus que ce que la fermentation de la biomasse est actuellement capable de faire. Marjolein Helder pense qu'une optimisation de cette technique permettrait d'atteindre une production de 3,2 W par mètre carré. L'herbe plantée dans 100 mètres carrés de bacs, placés sur un toit, suffirait aux besoins de base d'une famille[1] , [2].

Le chercheur Hamelers Bert serait le premier à avoir suggéré cette possibilité d'une pile à combustible microbienne, et les premiers tests auraient été effectués par le chercheur David Strik. Ils ont depuis fondé une société pour la commercialiser.

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Wageningen University and Research Centre. Electricity from the Marshes, ScienceDaily, 23 Nov. 2012.
  2. Wageningen University and Research Centre. Drained Wetlands Give Off Same Amount of Greenhouse Gases as Industry, ScienceDaily, 23 Nov. 2012.

Source[modifier | modifier le wikicode]