Élection présidentielle française de 2012 : François Hollande à la CGPME

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikinews France regional with colours.svg
WIKINEWS
Présidentielle 2012
Ensemble des articles sur le sujet
Interprojet

2 avril 2012. – Reçu au siège de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), François Hollande a détaillé pendant une heure les grandes lignes de son programme devant 200 patrons de petites et moyennes entreprises. Il s'est engagé à assurer une « stabilité fiscale, législative et réglementaire » dans l'hypothèse de son élection ; « un bon Parlement légifère peu mais bien » a-t-il ajouté en stigmatisant les multiples textes ratifiés par les gouvernements de Nicolas Sarkozy.

François Hollande le 2 avril 2012
Source : Daniel Rodet.

Pour se distinguer du Medef, la CGPME se positionne comme le patronat de proximité : « Sans nous, qui représenterait le commerce de proximité confronté à la grande distribution capitalistique, les sous-traitants face aux grands donneurs d'ordre, les PME face aux banques ? » s'est interrogé Jean-François Roubaud. En se rapprochant de l'Usgeres qui fédère l'économie sociale, ce dernier espère que François Hollande lui accordera une oreille plus attentive qu'au Medef. Jean-François Roubaud a également souligné que « les chefs d'entreprise s'inquiètent de votre souhait de taxer à 75 % les revenus au-delà d'un million d'euros, car il n'est pas rare que la cession d'une entreprise dépasse cette somme ». François Hollande a répondu qu'« au moment de la transmission, la plus-value de cession devra être traitée comme un revenu exceptionnel »[1].

Critiquant le projet de TVA sociale porté par Nicolas Sarkozy[2], il estime que « cette baisse des cotisations sociales concernera essentiellement des entreprises qui ne sont pas dans le secteur industriel et qui sont donc peu exposées à la concurrence internationale »[3]. En situation de chômage élevé, il est nécessaire « de ne pas faire reposer sur le seul travail la contribution à la famille ou la maladie ».

Alors que le taux d'épargne des français atteint le niveau record de 15% en 2011, François Hollande observe que le crédit bancaire arrive difficilement dans les PME qui souhaitent investir dans leur outil productif. Il propose d'y remédier en séparant les activités bancaires de dépôt et de celles d'investissement. De plus, il souhaite instaurer un dispositif de financement pour les PME rattaché au niveau régional.

Enfin, le candidat Hollande propose de créer un impôt sur les sociétés progressif en fonction de la taille des entreprises : 15 % pour les très petites entreprises, 30 % pour les petites et moyennes et de 35 % pour les grandes. Affirmant que les PME n'obtiennent qu'environ 20% des marchés de l'état[4] et 40% des achats faits par les collectivités locales, il appelle à la création d'un « médiateur sur les attributions des marchés publics » et au maintien de celui du crédit.

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. La taxation doit donc suivre les modalités fiscales des plus-values à long-terme.
  2. consistant à augmenter la TVA en contrepartie d'une baisse des charges sociales des entreprises
  3. Le projet socialiste vise à baisser la cotisation foncière des entreprises pour favoriser l'implantation d'usines en France.
  4. La commande publique de l'état français s'élève à 30 milliards, dont 13 milliards d'armement.

Sources[modifier | modifier le wikicode]


Wikinews
Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews (voir la page de discussion pour plus de détails).
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).




    Page
  • Page France de Wikinews « France »
  • de Wikinews.