Suisse : Didier Burkhalter est élu au Conseil fédéral en remplacement de Pascal Couchepin

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Didier Burkhalter, 112e Conseiller fédéral suisse

16 septembre 2009. – Le neuchâtelois Didier Burkhalter, membre du parti libéral-radical, a été élu ce matin au Conseil fédéral suisse en remplacement de son collègue, le valaisan Pascal Couchepin.

Officiellement, trois candidats étaient déclarés pour cette élection : outre le neuchâtelois, le parti libéral-radical avait également présenté le genevois Christian Lüscher, alors que le parti démocrate-chrétien avait, pour sa part, lancé le fribourgeois Urs Schwaller dans la course pour tenter de récupérer son second siège, perdu en 2003 lors de l'éviction de Ruth Metzler-Arnold au profit de Christoph Blocher. Ce dernier a été, pendant les derniers mois, au centre d'une polémique sur la question de son origine : bien qu'il vienne d'un canton à majorité romande, il habite en effet dans le district alémanique de de la Singine[1]; son élection aurait ainsi porté à 6 sur 7 le nombre d'alémaniques au Conseil fédéral, ce que dénoncaient de nombreux politiciens romands, dont la ministre des Affaires étrangères Micheline Calmy-Rey[2].

Une journée d'élections

La journée fédérale a débuté par un discours prononcé par la présidente du Conseil national Chiara Simoneschi-Cortesi, dans lequel elle a remercié le ministre sortant Pascal Couchepin qui sera resté 11 ans à son poste; le valaisan a ensuite pris la parole pour remercier ses collaborateurs et exprimer sa confiance dans l'avenir de la Suisse[3], à la suite de quoi l'ensemble des membres de l'Assemblée s'est levée pour l'applaudir.

De par le mode particulier de scrutin, l'élection est restée longtemps indécise. Les 245 membres présents de l'Assemblée fédérale (le Conseiller aux États Ernst Leuenberger, décédé il y a peu de temps, n'ayant pas encore été remplacé) ont pu, en effet, choisir librement parmi l'ensemble des citoyens du pays, alors que seuls les personnes ayant obtenu au moins 10 suffrages restent en lice à partir du troisième tour; à partir de ce moment, à chaque tour, le candidat ayant obtenu le moins de voix est éliminé jusqu'à ce qu'un candidat obtienne la majorité de 123 voix[4].

Le premier tour d'élection, qui a débuté à 8h43, a vu Urs Schwaller obtenir 79 voix. Le tessinois Dick Marty crédité de 34 voix, a pris ensuite la parole pour confirmer qu'il n'était pas candidat et qu'il soutenait Didier Burkhalter, tout en recommandant à ses collègues de réfléchir à la représentation du Tessin au gouvernement fédéral. Après un second tour sans incidences, le troisième tour voit l'élimination de Dick Marty, ainsi que le retrait de Christian Lüscher en faveur du neuchâtelois qui est donc opposé à Urs Schwaller au quatrième tour. Lors de ce dernier tour, 129 voix permettent au candidat du PLR d'obtenir la majorité et de devenir ainsi le 112e Conseiller fédéral.

Références

  1. Gouvernement: une élection à plusieurs inconnues sur swissinfo.ch
  2. «Un vrai Romand parle français à la maison» sur swissinfo.ch
  3. Discours devant l'Assemblée fédérale le mercredi 16 septembre 2009 sur admin.ch
  4. L'élection au Conseil fédéral: un système particulier sur tsr.ch

Sources



  • Page Suisse de Wikinews Page « Suisse » de Wikinews. L'actualité suisse dans le monde.