Irak : fin de la mission militaire australienne

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

31 juillet 2009. – La mission des militaires australiens en Irak a pris fin mardi, soit trois jours plus tôt que la date prévue, a annoncé un porte-parole du commandement australien.

Selon le général Mark Kelly, commandant des forces armées australiennes au Proche-Orient, les 12 derniers soldats servant aux côtés des Américains sont partis de Bagdad pour rejoindre leur patrie le 28 juillet dernier.

Tous les militaires australiens doivent quitter l'Irak avant le 31 juillet, conformément à un accord passé avec le gouvernement irakien. Seule exception : une unité de 100 soldats qui seront chargés d'assurer la sécurité de l'ambassade d'Australie et d'escorter les membres du corps diplomatique dans leurs déplacements sur le territoire du pays.

Le contingent australien fort de 2 000 hommes est arrivé en Irak en 2003 pour soutenir les forces de la coalition américano-britannique dans le cadre de son opération dans ce pays.

La présence — jusqu'à présent non confirmée — d'armes de destruction massive (ADM) en Irak a servi de prétexte au déclenchement, en mars 2003, de l'opération des États-Unis et de leurs alliés.

À l'heure actuelle les opérations sur le territoire de l'Irak engagent des militaires de plus de 20 pays, membres des forces de la coalition internationale placée sous les ordres du commandement américain.

Les représentants du commandement américain affirment que la mission essentielle des forces de la coalition en Irak consiste à rechercher et à neutraliser les terroristes et aider le gouvernement de l'Irak à former ses propres structures de force.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Irak: fin de la mission militaire australienne » datée du .

Sources