Interview de Justine Niogret, écrivaine française de fantasy et science-fiction

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher

Logo des interviews de Wikinews-FR

Cet article est une interview accordée par Justine Niogret
à Harmonia Amanda et Tsaag Valren, pour Wikinews, le 24 avril 2011.
Dans cette interview, les liens internes redirigent vers des articles de Wikipédia.
Les questions et les réponses n'engagent que les protagonistes.
Justine Niogret au moment de l'interview

Le festival Trolls et Légendes s'est tenu à Mons les 22, 23 et 24 avril 2011. Ce festival sur toute la fantasy s'intéresse aussi bien à la musique qu'à la littérature ou au cinéma. Justine Niogret était présente.

Wikimedia : Qu’est-ce que ça vous fait d’avoir reçu le Grand prix de l’Imaginaire 2010 ? C’est une consécration, une reconnaissance ?
Justine Niogret : Comme c’est mon premier roman, je pense que c’est vraiment un encouragement à continuer. Vraiment un encouragement.
Wikimedia : Pourquoi avoir choisi le thème des berserker, dans Chien du Heaume ? C’est un amour de jeunesse ?
Justine Niogret : C’est exactement ça, c’est un amour de jeunesse. J’ai toujours énormément aimé les Vikings, la bulle scandinave, etc. Et je voulais montrer aussi ce que pouvait donner un berserk hors de sa société, hors des codes qu'il sait lire, c’est-à-dire ce qui lui arrive, ce qu’il est, etc. Là, je ne parle pas trop de Chien du heaume, mais plutôt de sa suite, Mordre le bouclier, sans trop en dire. Dans le cadre de la première croisade justement, où le catholicisme s'enracine vraiment dans la symbolique au quotidien...
Wikimedia : Est-ce que vous écrivez vos romans d’une traite ou par petits bouts ? Quelle est votre méthode d’écriture ?
Justine Niogret : Alors, j’aimerais beaucoup pouvoir travailler tous les jours, pendant plusieurs heures, pour donner une image un peu sérieuse, mais pas du tout ! Je lis beaucoup, je fais des jeux vidéos pendant des mois, et un jour j’écris, et en quatre ou cinq mois, voilà, le roman est fait.
Wikimedia : Des jeux vidéos sur la thématique de vos romans ?
Justine Niogret : Ben oui et non. Par exemple, j’aimais beaucoup la série des Fallout. C’est quand même assez désespéré, assez sombre comme univers. Je trouve ça très… le principe du médiéval avec des armes laser !
Wikimedia : Qu’est-ce qui vous a amené vers l’écriture ? Est-ce que c’est quelque chose que vous aviez depuis toute petite ou est-ce qu’à un moment vous avez eu un déclic ?
Justine Niogret : J’ai toujours écrit, et… c’est… vers 24, 25 ans que j’ai essayé d’écrire « sérieusement ». En tout cas pour faire lire, et les premières expériences ont été assez encourageantes, donc j’ai continué sur cette voie.
Wikimedia : Est-ce que vous avez des milliers de projets en tête ou est-ce que vous êtes capable de vous concentrer sur un seul projet en même temps ?
Justine Niogret : Un peu entre les deux : un seul projet, je ne suis pas capable, mais disons, j’en ai quatre ou cinq qui sont classés par ordre d’arrivée, et je les traite les uns après les autres.
Wikimedia : Est-ce que vous lisez ce que vous avez envie d’écrire, ou est-ce que vous lisez dans des genres complètement différents ?
Justine Niogret : Je n’arrive plus à lire du tout. Depuis que j’écris, je n’arrive plus à lire de romans. Je lis beaucoup de traités, des études, des choses comme ça, et quand il m’arrive malgré tout de relire des livres « classiques », ça reste du Colette, du Zola, des trucs comme ça qui sont bien enracinés dans notre culture.
Wikimedia : Est-ce que vous aimiez la fantasy, avant d’en écrire vous-même ?
Justine Niogret : J’ai beaucoup lu de fantasy quand j’étais ado, et je crois surtout que c’est un domaine littéraire où on peut se permettre de forcer les symboles, et de montrer des choses qu’on aurait du mal à démontrer dans une histoire qui parlerait de notre monde d’aujourd’hui.
Wikimedia : Vous comptez rester dans les écritures de l’imaginaire, ou peut-être un jour écrire de la littérature blanche ?
Justine Niogret : Je pense qu’il y aura toujours une part d’imaginaire dans ce que j’écris. Mon prochain roman sera un post-apocalyptique, donc pour le quotidien c’est un peu râpé ! Ensuite j’aimerais beaucoup écrire sur la matière de Bretagne, Mordred... Pour l’instant, littérature blanche en tant que telle, non, je n’ai pas de projet dessus.
Wikimedia : Et vous avez quoi comme projet en cours ?
Justine Niogret : Essayer le scénario BD ; le livre post-apocalyptique que j’ai commencé donc. Peut-être refaire une incursion dans le monde de Chien du heaume, mais dans plusieurs livres.

Notes et Sources


Wikinews
Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews .
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).