Vallée d'Aoste : Sarre, rencontre avec les citoyens pour expliquer les tensions liées à l'Unité des Communes

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maison communale de Sarre

18 octobre 2014. – « Sarre veut abandonner le Grand-Paradis » ; « Sarre veut faire l'Unité avec Jovençan, Gressan, Charvensod, mais eux ne veulent pas » ; « Sarre veut le Mont-Émilius, mais le Mont-Émilius ne la veut pas non plus ». Au mois dernier, la Commune de Sarre a eu tous les projecteurs braqués sur elle. Dans les bars, dans ses journaux et dans les postes de commande, on a parlé de ses choix. En vertu de la nouvelle loi sur les collectivités territoriales, Sarre a décidé de redistribuer les cartes qu'elle avait en jeu, espérant une main plus chanceuse. Le vendredi 17 septembre à 20h30, dans la salle du Conseil communal, le syndic Robert Vallet, soutenu par tout le Conseil communal, majorité et opposition, a fait, lors d'une rencontre publique, le point sur ce qui s'est passé cette semaine.

Objectif ? Expliquer aux citoyens les raisons des décisions prises. Tout est parti de la loi sur les collectivités locales, approuvée au mois de juillet par le Conseil régional de la Vallée d'Aoste. Le texte, entre autres choses, prévoit la disparition des Communautés de montagne et leur remplacement par les Unités des Communes. Il s'agira surtout d'un changement de nom, mais la loi prévoit que les communes indiquent à quelles Unités elles voudront appartenir. Et Sarre a saisi la balle au bond : depuis des années, sa volonté est d'abandonner le Grand-Paradis, pour se rapprocher des communes de la ceinture d'Aoste avec lesquelles elle a plus de points communs.

Au dernier conseil communal, à l'unanimité, l'assemblée a approuvé la délibération suivante, transmise à la Région : « Nous voulons rejoindre le Mont-Émilius, mais nous ne pouvons affirmer avoir réussi à trouver un accord ». En premier lieu, parce que le Mont-Émilius a opposé un « non » ferme et clair à l'intégration de Sarre. Le Gouvernement régional aura donc à prendre une décision. Les citoyens eux-mêmes demandaient un changement. Dans la vie quotidienne, la permanence du Grand-Paradis a eu des effets très désagréables. Deux surtout : l'obligation de choisir un médecin traitant dans la zone communautaire (et donc d'aller pour les visites à Saint-Pierre ou à Villeneuve) et l'obligation d'inscrire les jeunes au collège Marie Ida Viglino de Villeneuve.

Sources[modifier | modifier le wikicode]



Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 18 octobre 2014

Jour suivant avant