Un responsable chinois accueilli au Viêt Nam avec un drapeau incorrect

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le drapeau de la chine (ci-dessus) ne comporte que cinq étoiles.
Le drapeau de la chine (ci-dessus) ne comporte que cinq étoiles.

23 décembre 2011. – Le Viêt Nam a gaffé cette semaine lorsqu'il a accueilli le vice-président chinois, Xi Jinping, qui pourrait bien être le futur numéro 1 de Pékin. En effet, les drapeaux utilisés pour lui souhaiter la bienvenue comportaient une étoile de trop !

Le but de cette visite était de réchauffer les relations entre les deux pays, à la suite de liaisons tendues cette année en raison d'une querelle maritime. Mais c'est bien avec un drapeau de six étoiles que J. Xi a été accueilli, alors que celui de la Chine populaire ne comporte qu'une grande étoile entourée de quatre plus petites.

Un incident du même type avait déjà eu lieu en octobre : un drapeau à six étoiles avait été utilisé par la télévision public VTV lorsqu'elle traitait une visite du secrétaire général du Parti communiste vietnamien et président de l'Assemblée nationale, Nguyễn Phú Trọng, en Chine.

De part et d'autre, les médias officiels n'ont pas relevé l'incident, et la Chine en a minimisé les conséquences aujourd'hui : « La partie vietnamienne a fourni des explications à l'ambassade de Chine au Vietnam et indiquée qu'il s'agissait d'une erreur technique » a annoncé le porte-parole des Affaires étrangères, Liu Weimin.

Néanmoins, cette mésaventure n'a pas échappé aux sites internet vietnamiens en exil qui multiplient les réactions. « Il faut mettre fin aux activités des vendeurs de la patrie vietnamienne qui cherchent à faire du Vietnam la cinquième étoile de la Chine » regrette un anonyme sur le site dissident Dân Làm Báo, site de journalisme citoyen. « Le Parti communiste vietnamien veut devenir un citoyen chinois de deuxième classe. Il s'agit d'un drapeau maudit pour le peuple vietnamien » considère un autre internaute.

Pékin et Hanoï, pourtant alliés communistes, se disputent la souveraineté des archipels de Paracels et de Spratleys, dont les hauts fonds sont potentiellement riches en hydrocarbure. Des manifestations antichinoises ont eu lieu durant l'été au Viêt Nam. Les autorités avaient fermé les yeux avant de les interdire.

Sources