Un rapport relate la vente d'armes US à la Chine et à l'Iran

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

18 janvier 2007. – Des pièces d'avions de chasse et autres matériels militaires qui étaient sur le point d'être vendus à l'Iran et à la Chine ont été récupérés par le Pentagone (département de la Défense des États-Unis).

Dans un cas, les enquêteurs fédéraux ont indiqué qu'un Pakistanais achetait des armes aux enchères des surplus militaires du Département de la Défense. Ces armes étaient des pièces de moteur pour les hélicoptères Chinook, que l'U.S. Immigration and Customs Enforcement (organisme luttant contre les vulnérabilités aux frontières des USA) a dit être construit avec succès en Iran.

Dans un second cas, des pièces de Tomcats ont été achetées à la division du surplus militaire du Département de la Défense. Les agents des douanes confisquèrent ces pièces et les retournèrent, mais on découvrit plus tard que le Département de la Défense les avait revendues à un acheteur suspecté d'être un émissaire de l'Iran. A l'exception des USA, qui a récemment mis à la retraite sa flotte aérienne de Tomcats, l'Iran est le seul pays qui en fait voler.

Durant la seule année 2005, les profits engendrés par les ventes publiques des surplus militaires par le Pentagone furent de 57 millions USD[1].

Le Pentagone avait relevé des incidents similaires par le passé. En 2003, une entreprise de Camden, State Metal Industries, fut identifiée comme ayant revendu des mécanismes de guidage pour missiles air-air AIM-7 Sparrow achetés aux enchères des surplus militaires du Département de la Défense à une entité détenue en partie par le Gouvernement chinois ...


Notes

  1. (N.d.T.) Il s'agit ici des chiffres des ventes globales, et non des seules affaires évoquées par cet article.

Sources