Un rapport de l'ONU accuse le gouvernement soudanais d'avoir organisé des crimes au Darfour

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les combats entre les groupes rebelles et les milices soutenus par le gouvernement ont tués 200 000 personnes et en ont déplacé 2,5 millions selon les estimations.

13 mars 2007. – Un rapport d'une mission du Conseil des droits de l'homme de l'ONU « conclue que le gouvernement du Soudan a manifestement échoué à protéger la population du Darfour de crimes internationaux à grande échelle, et a lui-même organisé et participé à ces crimes ». La mission presse les Nations Unies de prendre « des mesures de réponse urgentes », en déployant par exemple des forces de maintien de la paix de l'ONU et de l'Union africaine, et en coopérant avec le Tribunal pénal international.

Les autorités soudanaises n'ont pas voulu réagir au rapport immédiatement, indiquant que la réponse serait faite lors du discoours du Soudan au Conseil des droits de l'homme ce mardi.

Le comité du rapport, conduit par le Prix Nobel de la paix Jody Williams, presse aussi le Soudan d'arrêter de prendre les civils pour cibles. Les groupes de rebelles ne sont pas plus épargnés et sont accusés de violations sérieuses des droits de l'homme et des lois internationales.

Pour résumer, le document de 35 pages indique : « Aujourd'hui, des millions de gens sont déplacés, au moins 200 000 sont morts et le conflit et les abus débordent la frontière du Tchad ».

Durant leur mois de travail, les rapporteurs n'ont pu se rendre au Soudan en raison de restriction de visa, mais ils ont pu interroger des centaines de personnes significatives de la situtation (comme des réfugiés), et ont consulté des milliers de pages de documents relatant la situation humanitaire au Darfour.


Voir aussi

Sources