Un publicitaire affirme que la campagne de Lula a été financée par des fonds illégaux

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le publicitaire Duda Mendonça. Photo: Valter Campanato/ABr.

13 août 2005. – Duda Mendonça, le publicitaire responsable de du président brésilien Luíz Inácio da Silva a admis que le coût de la campagne présidentielle de 2002 avait été payé par de l'argent illégal, provenant de fonds non déclarés et de paradis fiscaux.

Les déclarations de M.Duda sont arrivés à Brasilia pendant une réunion de la Commission Parlementaire d'Interrogatoire (CPI). La CPI enquête sur le scandale des Postes et le scandale des mensualités, connu au Brésil comme le scandale du « mensalão ». Il était présent à la réunion, l'associée de Duda, Zilmar Fernandes da Silveira. Duda Mendonça a comparu à la réunion spontanément, sans avoir été préalablement convoqué. Il a laissé tomber qu'il a agi ainsi parce qu'il a vu qu'elles commençaient à être atteintes sa réputation personnelle et professionnelle.

Le publicitaire qui, il y a quelques jours, niait avoir reçu de l'argent de l'entrepreneur Marcos Valério (« je soupçonne d'être opérateur du schéma supposé de contrat d'achat de votes de parlementaires brésiliens ») est revenu sur ses déclarations et a admis la participation de l'entrepreneur et du trésorier du PT Delúbio Soares dans le paiement de ses services. M.Duda a également affirmé que son travail pour les campagnes politiques du Parti des Travailleurs (PT) et du président avaient été légaux et qu'il a seulement accepté le paiement supposé illégal parce qu'il n'y avait pas une autre alternative pour recevoir l'argent à cause de la dette du parti causée par les campagnes successives.

Selon Duda, sa campagne avait reçu des fonds de l'entrepreneur Marcos Valério et des comptes de banques de l'étranger, de pays comme les Bahamas, qu'il dit être « le paradis réfléchi fiscal ».

L'associée de Duda Mendonça, Zilmar Fernandes, a affirmé qu'autour de 2003, Marcos Valério lui avait suggerré l'ouverture d'un compte bancaire à l'étranger, parce qu'il considérait qu'il était difficile de rembourser la dette du PT. Un doute a dit qu'il est allé à la Banque Boston et qu'une entreprise appelée Dusseldorf avait été ouverte aux Bahamas .

Duda a de plus affirmé que l'entrepreneur Marcos Valério avait été autorisé par le trésorier du PT Delúbio Soares à faire le paiement de la dette qu'avait le PT par son agence de publicité. Le publicitaire a présenté à la CPI des lettres et quelques fax qui confirmeraient l'envoi d'argent de l'extérieur.

Le publicitaire a affirmé que $ 10 millions (3,39 million €) ont été déposés à l'étranger. Les valeurs ont été révisées à certains et ils arrivaient à travers des banques suivantes : Floride Bank, Banque d'Israël, Banque Rural Europa et Trade Link.

Duda Mendonça a dit que son entreprise n'avait jamais travaillé avant avec des fonds illégaux et il a admis que bien qu'il pût avoir commis une erreur fiscale, il n'a pas commis d'erreur de caractère. “Je n'avais pas d'option. Il était de recevoir ou de ne pas recevoir par le travail", a dit Duda.

Duda a aussi déclaré que le PT lui devait encore $ 14 millions (4,75 million EUR), par les travaux de 2004, entre lesquels sont les campagne pour le maire des candidats du PT dans Recife (João Paulo), São Paulo (Marta Suplicy), Goiânia (Pierre Wilson), Belo Horizonte (Fernando Pimentel), et Curitiba (Ângelo Vagnoni).

Répercussions

Parti des Travailleurs (PT), risque de ce que son éléction soit invalidé. Photo: José Cruz/ABr

Quand les faits transmis par le publicitaire seront vérifiés, le Parti des Travailleurs (PT) court le risque de ce que son registre soit invalidé par la Justice. Par les lois brésiliennes, un parti politique ne peut pas recevoir un argent non comptabilisé et non déclaré à la Justice Électorale. Un parti ne peut pas non plus recevoir de l'argent d'un compte dans l'extérieur du pays.

Le Président de la CPI des Postes Delcídio Amaral (PT-MS) a estimé jeudi que la commission avait reçu une grande quantité d'informations. Le rapporteur Osmar Serraglio (PMDB-PR) a affirmé que le témoignage a été « révolutionnaire ».

Pour le député Onyx Lorenzoni (PFL-RS), il est clair qu'une partie de campagne de Lula à la Présidence a été payée par des recours financiers obtenus illégalement. Lorenzoni a souligné : « Ce qui est très grave consiste en ce que le parti a opéré un compte dans l'extérieur, quelque chose interdit par la législation. Le PT court un risque sérieux de perdre sa légitimité ».

Beaucoup de parlementaires du Congrès et du Sénat Fédéral ont commencé à commenter sur la possibilité d'impeachment du Président Luiz Inácio da Silva. Le sénateur Álvaro Dias (PSDB-PR) a dit :

Lula, risque d'impeachment. Photo: Ricardo Stuckert/PR.

« Il a suffi un vrai témoignage pour le pays finit au seuil d'une crise politique sans des précédents. Nous avons à recueillir la meilleure sortie pour le pays, toutes les alternatives doivent lamentablement être discutées, même celle de l' impeachment. La crise s'est aiguisée de telle manière qu'il est possible que l'on finit que ce peut être la meilleure solution, bien que je ne la désire pas ».

Quelques hommes politiques du Parti des Travailleurs ont pleuré dans le Congrès National, comme Walter Pinheiro (PT-BA) et Orlando Desconsi (PT-RS). Pour la députée Iara Bernardi (PT-SP), le président Lula a l'obligation de faire un putsch à la population : « Nous construisons ensemble le parti avec lui et, si nous exigeons des explications des leaders du PT, Lula il ne peut pas rester du dehors ». Le député Gustavo Fruet (PSDB-PR) a quant à lui déclaré : « Celui qui a vendu le président Lula comme le changement et la solution éthique pour le Brésil compromet le président, parce qu'il a assumé aujourd'hui au moins trois crimes : contre l'ordre fiscal, contre le système financier et d'un blanchîment d'argent ».

Le Président du Sénat Fédéral brésilien, le Sénateur Renan Calheiros, a démontré un souci par les révélations de publicitaire Duda Mendonça. M.Calheiros a dit : « Le témoignage nous expédie à une scène marécageuse d'illégalité, incompatible avec la législation brésilienne ». Il a préféré ne pas commenter sur la possibilité d' impeachment pour le Président de la république.

Sources