UMP : Debré s'abstiendra lors du scrutin interne

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Louis Debré
Wikinews France regional with colours.svg
Voir aussi


Wikipédia

5 janvier 2007. – Le chiraquien Jean-Louis Debré, président de l'Assemblée Nationale, a indiqué ce jour sur la chaîne de radio française RTL qu'il ne voterait pas pour Nicolas Sarkozy dans le scrutin interne à l'UMP ouvert mardi, qui vise a désigner le candidat du parti pour l'élection présidentielle et pour lequel ce dernier est seul en lice. « Dans ma fédération UMP de l'Eure, je m'abstiendrai », a donc déclaré M. Debré, ajoutant que « dans cette période pré-électorale, (son) abstention n'hypothèque pas (son) choix final », et qu'il veut « savoir avant de (se) prononcer définitivement qui seront les candidats représentant la droite et le centre ».

Si il a indiqué qu'il se prononcerait publiquement lors de la campagne électorale, il a évoqué parmi les candidats potentiels non déclarés qui pourraient rallier son soutien Michèle Alliot-Marie, Jean-Louis Borloo, Dominique de Villepin ou ... Jacques Chirac, si ce dernier désirait briguer un troisième mandat. « L'élection a lieu dans trois mois et demi, je crois qu'il faut rester calme tranquille, serein. (...) J'attends, moi, une chose: que le président de la République, qui est le chef de ma famille politique, donne le moment où il faudra tous se déterminer » a-t-il encore dit, ajoutant qu'il serait présent au congrès UMP du 14 janvier prochain durant lequel le nom du vainqueur du scrutin interne sera annoncé, pour apporter son « soutien sans ambiguïté au président de la République, qui est le fondateur de l'UMP ».

M. Debré a par ailleurs commenté le fait que Nicolas Sarkozy n'ait toujours pas démissionné de son poste de ministre de l'Intérieur : « moi, je pense que depuis longtemps, puisqu'il y a un peu un mélange des genres, il aurait dû quitter le gouvernement » en justifiant ce fait par : « il ne faut pas qu'on puisse le suspecter d'utiliser les moyens de l'État pour sa campagne électorale ».

Sources


    Page
  • Page France de Wikinews « France »
  • de Wikinews.