Tokyo statuera vendredi sur la destruction du missile nord-coréen

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

26 mars 2009. – Le premier ministre Taro Aso convoquera vendredi une réunion du Conseil de sécurité nippon qui statuera sur la destruction du missile nord-coréen dont Pyongyang a annoncé le tir prochain, ont annoncé jeudi des médias japonais.

Pyongyang a informé les organisations internationales sur la préparation du tir d'un « satellite d'expérimentation » entre le 4 et 8 avril. Les experts nord-coréen ont calculé que le premier étage du lanceur tomberait en mer du Japon à 130 km du littoral nippon, au large de la préfecture d'Akita.

Le Japon, les Étatss-Unis et la Corée du Sud soupçonnent Pyongyang de vouloir en réalité tester un missile balistique Taepodong 2.

Le ministre de la Défense devra donner l'ordre concernant sa destruction si le missile ou ses parties menacent la sécurité du pays. Après l'obtention du feu vert, deux navires équipés d'antimissiles navals Aegis prendront le large tandis que des systèmes de missiles sol-air Patriot seront déployés dans les préfectures Akita, Iwate et près de la capitale.

Le ministre japonais de la Défense, Iasukazu Hamada, avait déjà déclaré que le missile nord-coréen serait intercepté s'il menaçait la sécurité du pays et la vie de ces citoyens. Tokyo souligne toutefois que la destruction du missile constituerait une mesure extrême. Si le missile vole en suivant l'itinéraire annoncé, la chance que le Japon essuie un préjudice est très insignifiante, a annoncé jeudi le secrétaire général du gouvernement nippon, Tateo Kawamura.

En 1998, la Corée du Nord avait tiré un missile longue portée Taepodong-1 qui avait survolé une partie du Japon avant de tomber dans l'océan Pacifique.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Tokyo statuera vendredi sur la destruction du missile nord-coréen (médias) - 2 » datée du 26 mars 2009.

Sources