Syrie : violents combats autour de la cité antique de Palmyre, attaquée par l’État islamique

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ruines de la cité antique de Palmyre, en Syrie.

17 mai 2015. – De violents combats ont lieu entre l'armée de Bachar Al-Assad et les djihadistes de l'État islamique à Palmyre, ville abritant les ruines d'une cité antique. D'après l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), djihadistes et forces progouvernementales tentaient de gagner du terrain en tirant des obus de part et d’autre.

L'organisation État islamique a pris ce samedi le contrôle de la majeure partie du nord de cette ville, qui abrite une cité antique, lors d’intenses affrontements. Les autorités affirment que l'armée a repris une série de sites stratégiques, dont des collines, des barrages et la tour de la radio et télévision de Palmyre. Un haut responsable syrien affirme, ce dimanche, que les islamistes en ont été repoussés.

Les combats aurait fait 29 morts parmi les djihadistes et 23 parmi les membres des forces gouvernementales, selon l’OSDH. Le gouverneur de la province de Homs, Talal Al-Barazi, a expliqué dimanche que l’attaque de l’EI avait été « avortée » et que les djihadistes avait été chassés du nord de la ville.

Palmyre revêt une importance stratégique pour l’EI. En effet, Palmyre ouvre sur le grand désert syrien, limitrophe de la province irakienne d’Al-Anbar, en grande partie contrôlée par cette organisation ultraradicale sunnite. Une éventuelle prise de Palmyre permettrait en outre à l’EI d’étendre son influence au-delà de l’est et du nord de la Syrie où il est déjà bien implanté. La ville peut également servir la propagande de l'EI, puisque son importance culturelle attire l'attention des médias du monde entier et a poussé l'Unesco à appeler le Conseil de sécurité de l'ONU à agir pour la préserver.

Rappelons que depuis 2011, la Syrie doit faire face à une guerre civile meurtrière qui crée une importante instabilité sécuritaire. En juillet 2013, l'ONU estime que la guerre a déjà fait plus de 100 000 morts. En avril 2014, l'OSDH en compte plus de 150 000.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 17 mai 2015

Jour suivant avant