Suisse : une émission de Nagui a été utilisée dans une campagne politique xénophobe

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
De nombreuses personnes travaillent à Genève et vivent en France, ce qui déplait à certains.

9 octobre 2010. – L'animateur-producteur français Nagui a mis en demeure le Mouvement des citoyens genevois (MCG) de retirer un film publicitaire utilisant un extrait de l'une de ses émissions dans laquelle une frontalière explique vivre en France et travailler en Suisse pour des raisons financières. Contacté par les journalistes, le principal responsable du parti a déclarer ne pas avoir à « recevoir d'injonction de la part d'avocats parisiens ».

C'est le 26 septembre 2010 qu'un député du MCG, parti politique populiste du canton de Genève, filme un passage d'un jeu télévisé animé par Nagui, dans lequel une tenancière de restaurant explique en souriant profiter « du beurre, de l'argent du beurre et de la crémière » en « piquant l'argent en Suisse » ; sous les rires du public, l'animateur lui répond alors que « Pour une fois que c'est l'inverse, c'est bien ». Cette séquence a été ensuite montée dans un clip appelant à voter pour le MCG en 2011 lors des élections genevoises et diffusée sur Youtube.

La semaine dernière, l'avocat du producteur a envoyé une lettre recommandée au parti en demandant de retirer cette vidéo dans les 48 heures afin d'empêcher que Nagui ne soit associé à ce parti politique qui se bat contre les frontaliers et veut donner « la priorité aux Genevois » ; selon la lettre, cette vidéo « porte gravement atteinte au droit à l'image de celui-ci ». Interrogé par des journalistes, le leader du parti Éric Stauffer refuse toute injonction de la part d'avocats parisiens et déclare vouloir remettre en ligne la vidéo, supprimée de Youtube par les responsables du site ; il ne se sent pas tenu de respecter le droit d'auteur sur les images de cette émission, arguant du fait qu'elles ont été filmées sur une télévision et donc, « pour ainsi dire tombées dans le domaine public ». Ce vendredi, il a ainsi personnellement publié de nouveau la vidéo sur Internet.

Sources