Suisse : le ministre Samuel Schmid annonce sa démission pour la fin de l'année

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Portrait de Samuel Schmid.

12 novembre 2008. – Le ministre de la Défense suisse Samuel Schmid a annoncé mercredi sa démission du Conseil fédéral pour le 31 décembre 2008, dans un communiqué lu lors d'une conférence de presse à Berne[1] pendant laquelle il a en particulier précisé : « Je démissionne pour le bien de ma santé, de ma famille, de mon pays et de l'armée ».

Père de trois enfants, âgé de 61 ans et notaire de formation, il est élu conseiller fédéral le 6 décembre 2000 et a assumé la tâche de président de la Confédération en 2005. Il a subi le week-end dernier une ablation de la vésicule biliaire et avait repris son poste mardi, après une semaine d'absence.

Depuis cet été et les différents affaires qui ont secoué l'armée suisse, Samuel Schmid était sous le feu de la critique ; son programme d'armement avait même été refusé par une majorité du Parlement, en particulier par ses anciens collègues de l'Union démocratique du centre, parti qu'il avait quitté en 2007 pour rejoindre le nouveau Parti bourgeois démocrate.

Samuel Schmid est le second conseiller fédéral à avoir fait l'ensemble de sa carrière de Conseiller au département militaire. Malgré plusieurs possibilités, il n'a jamais manifesté l'envie d'en changer, indiquant ne pas vouloir quitter ce département avant que la réforme de l'armée (Armée XXI, acceptée par 76 % de la population en mai 2003) ne soit achevée.

Selon les observateurs, le poste de Samuel Schmid devrait être l'occasion pour l'UDC de reprendre sa place au sein du Conseil fédéral, d'où il est absent depuis 2005.

Références

  1. * Communiqué de presse : ((de)) « Erklärung von Bundesrat Samuel Schmid vor den Medien ». admin.ch, 12 novembre 2008.

Sources