Suisse : l'Union démocratique du centre conforte sa position de première formation politique du pays

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carte des cantons suisses

22 octobre 2007. – Les électeurs suisses étaient appelés à renouveler, dimanche 21 octobre 2007, les 200 sièges du Conseil national, élu pour quatre ans.

Comme le laissaient prévoir les sondages d'opinion, l'Union démocratique du centre (UDC), formation de droite d'inspiration nationale, conservatrice et libérale, est arrivée en tête des formations en lice, recueillant 29 % des suffrages (soit une progression de 2,3 % par rapport au précédent scrutin du 19 octobre 2003) et obtenant 62 sièges (soit un gain de 7 sièges).

Le scrutin se traduit également par un certain reflux de l'électorat du Parti socialiste (PSS), qui recueille 19,5 % des voix (soit un recul de 3,8 %) et obtient 43 sièges (soit une perte de 9 sièges).

Répartition linguistique

Les Verts – Parti écologiste suisse enregistrent également une progression notable et frôlent la barre des 10 % des suffrages exprimés. Ils recueillent en effet 9,6 % des voix (soit une progression de 2,2 %) et obtiennent 20 sièges (soit un gain de 7 sièges).

Le Parti radical-démocratique (PRD), d'inspiration libérale, recule également, recueillant 15,6 % des voix (soit un recul de 1,5 % des voix) et obtient 31 sièges (soit une perte de 5 sièges).

Le cinquième grand parti de l'éventail politique suisse, le Parti démocrate-chrétien, bénéficie également de ce scrutin, recueillant 14,6 % des suffrages (soit une progression de 0,2 %) et obtenant 31 sièges (soit un gain de 3 sièges).

Diverses autres formations, dont aucune n'a obtenu plus de 1,8 % des voix, recueillent par ailleurs un total 8,5 % des suffrages et se partagent 13 sièges au Conseil national, tandis que plusieurs autres formations se partagent les 3,0 % des voix restantes et ne disposent d'aucune représentation dans la nouvelle assemblée.


Répartition des sièges au Conseil national : 21 octobre 2007
Verts PSS PRD PDC UDC divers
9,6 % 19,5 % 15,6 % 14,6 % 29,0 % 8,5 %
20 43 31 31 62 13
Répartition des sièges au Conseil national : 19 octobre 2003
Verts PSS PRD PDC UDC divers
7,4 % 23,3 % 17,1 % 14,4 % 26,7 % 9,7 %
13 52 36 28 55 13

La nouvelle répartition des sièges au Conseil national ne devrait pas remettre en cause la « formule magique » en vigueur depuis 1959, système de répartition des sièges au sein du Conseil fédéral, organe exécutif de la Confédération, composé de 7 membres : 2 membres de l'UDC, du PSS, du PRD et 1 membre du PDC (de 1959 à 2003, la répartition était différente : 2 membres du PSS, du PRD et du PDC et 1 membre de l'UDC).

On prête à Christoph Blocher, chef de file de l'UDC, conseiller fédéral depuis le 10 décembre 2003 et actuellement en charge du département fédéral de la justice et de la police, de demander le non-renouvellement du mandat de Samuel Schmid, pourtant membre de sa formation, pour obtenir son remplacement par un élu plus proche de ses positions.

Sources

Sources anglophones
Sources francophones