Suisse : Didier Burkhalter dresse le bilan de ses 100 premiers jours au Conseil fédéral

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Portrait de Didier Burkhalter

3 février 2010. – Avec quelques jours d'avance, le Conseiller fédéral suisse Didier Burkhalter s'est livré mardi à l'exercice traditionnel de bilan après les 100 premiers jours de son mandat. Tout en profitant de cette occasion pour fixer ses grandes priorités qui concernent l'assurance maladie, les assurances sociales et la formation, il a également assuré se sentir bien dans son nouveau rôle, qui correspond à ce qu'il avait imaginé.

La date précise de son centième jour à l'exécutif fédéral tombera le jour même de l'anniversaire de sa femme Sabine. C'est pour cette raison que le Neuchâtelois a décidé d'avancer sa réunion avec les médias suisses. Dans cette interview, il a confirmé ses craintes liées à une trop forte médiatisation de la fonction de Conseiller fédéral, tout en admettant certains avantages dans cette communication.

Le calendrier des mesures à prendre dans le domaine de l'assurance maladie est très ambitieux : en mars 2010 déjà, le Parlement devrait voter le paquet de mesures urgentes lancées l'année passée par Pascal Couchepin, qui doivent permettre de diminuer de 2 à 3 % l'augmentation des primes maladies pour cette année. Ensuite, il s'agira de s'attaquer à la promotion et à la généralisation des réseaux de soins intégrés[1], puis du nouveau financement hospitalier et de la réforme du système de compensation des risques entre les assurances.

Dans les autres domaines sociaux, les tâches sont aussi nombreuses : révision de la LPP, 6e révision de l'assurance-invalidité (AI), finalisation de la 11e révision de l'assurance-vieillesse et survivants (AVS) et début des travaux de la 12e. Enfin, pour la formation et la culture, le pays doit « s'adapter pour confirmer les hauts niveaux atteints » ; dans ce but, la création d'un département fédéral de la formation fait partie des discussions actuellement en cours au sein de l'exécutif.

Dans les autres domaines, M. Burkhalter s'est montré collégial et a défendu le Conseil fédéral contre les critiques de ces dernières semaines. Il juge qu'elles sont « normales » et indiquent, selon lui, « que nous gouvernons au lieu de gérer uniquement les acquis ».

Notes

Sources



    Page
  • Page Suisse de Wikinews « Suisse »
  • de Wikinews.