Reportage sur l'alerte au tsunami à Pichilemu au Chili à la suite du séisme au Japon

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher
À Pichilemu, tout les bateaux ont été évacués. The ones pictured were at the beach on Friday morning, but fishermen took them to higher ground to prevent unnecessary damage.

16 mars 2011. – Un puissant tremblement de terre à ébranlé le nord du Japon vendredi, provoquant un énorme tsunami sur l'océan Pacifique. Le président chilien Sebastián Piñera a déclenché une « alerte préventive au tsunami » ce matin. « Je tiens à exprimer ma solidarité ainsi que celle du peuple chilien envers le gouvernement et le peuple japonais, qui vient de connaitre un des plus puissant séisme et un des plus puissant tsunamis de l'histoire de l'humanité » a-t-il déclaré. Plus tard dans la journée, la première vague du tsunamis atteignaient le territoire chilien en touchant les côtes de l'île de Pâques, sans causer aucun dégâts.

Pendant ce temps, à Pichilemu (O'Higgins), l'alerte au tsunami à provoqué la panique parmi la population. « Je me rappelle du 4 octobre 1994 [un tremblement de terre en Russie avait provoqué un tsunami sur le Pacifique], quand nous avions dû tout quitter pour La Cruz Hill ou pour Santa Cruz » raconte un pêcheur au correspondant de Wikinews.

Les écoles ont procéder au Francisca Cooper Integral Evacuation and School Safety Plan, une opération d'urgence de prévention contre les tremblements de terre, dans la matinée de vendredi. Cette opération, officiellement Cooper Plan, est baptisée ainsi en hommage à Francisca Cooper, disparue en Indonésie après le tsunami de 2004.

Au cours de l'après-midi, les gens travaillant dans des commerces situés à proximité de la plage ont commencé à s'en éloigner, en prévention du risque de dégâts que le tsunamis pourrait causés. La police n'a pas autorisée les voiture à emprunter la Costanera Avenue, qui longe la plage; en particulier dans la province de Cardenal Caro, où les curieux circulant à pied ont pu voir le rivage de Pichilemu frapper par de fortes vagues précédant l'éventuel tsunami. Le Mirador de Agustín Ross beaucoup servi à cette fin avant que la Policía de Investigaciones de Chile (l'équivalent du FBI américain) demande au gens de quitter cet zone du fait de sa dangerosité.

Aux alentours de 16 h 30 heure locale (19 h 30 UTC), l'intendant de la région, d'O'Higgins, Rodrigo Pérez Mackenna, est arrivé par hélicoptère au stade municipale de Pichilemu, pour informer le maire Roberto Córdova de ce que lui et les autres autorités devraient faire en raison de l'état d'urgence.

Les pêcheurs ont éloignés leurs embarcations de la plage. « Je ne veut pas le perdre [le bateau] une nouvelle fois, on avait déjà été très touché par le tremblement de terre du 27 février 2010 et je ne veut pas que cela ce reproduise ; on l'a déjà eu une fois » raconte Manuel González.

Aux environs de 21 h 30 heure locale (00 h 30 UTC), une pluie battante s'abat sur la ville. La plupart des gens qui ont été évacué à La Crus Hill sont vite rentrés chez eux, même si la plupart du temps ils se situaient trop près de la plage pour être en sécurité. D'autres ont préférés restés dans les refuges offerts par la municipalité de Pichilemu : le gymnase municipal et l'école primaire Pueblo de Viudas. Fabricio Cáceres à déclaré sur Canal 3 Pichilemu que « les gens devait resté calme » et que le tsunami « ne ferait pas plus de dégâts que le 27 février ». Les agents de la police de Pichilemu, les pompiers ainsi que la PDI ont patrouillé les rues de la ville.

L'hôpital de Pichilemu, situé à une centaine de mètres de la plage, a été temporairement délocalisé au lycée Agustín Ross Edwards.

Les vagues du tsunami ont finalement frappé les côtes de Pichilemu samedi aux environs de de 3 h 30 heure locale (6 h 30 UTC), endommageant certains kiosques qui était trop proche de la plage. Sur Playa Hermosa, à trois kilomètres du centre-ville, le tsunami a atteint des maisons et des cabañas, sans causé de dégâts.

L'alerte au tsunami a été levée sur la plupart du territoire chilien, par Sebastián Piñera samedi à 10 h 45 heure locale (13 h 45 UTC).

Le gouverneur de Cardenal Care Julio Ibarra a déclaré que « pas moins de 10 000 personnes ont été évacués sur Pueblo de Viudas ou La Cruz Hill », et que le tsunami était « a quelques mètres d'atteindre le bâtiment du gouvernement de la province » Des reportages de Radio Entre Olas raconte que le tsunami est rentré jusqu'à 70 mètres sur les terres. D'après Hernán de Solminihac, ministre des affaires publics, la Caleta de Pescadores de Pichilemu (une crique de pêcheur complétement détruite par le séisme du 27 février 2010) à subit des dégâts mineurs.

Un officier de police empêche les gens d'accéder à la Costanera, la rue la plus proche de la plage.
Un officier de police empêche les gens d'accéder à la Costanera, la rue la plus proche de la plage.
Des gens récupérant leur affaires dans un kiosque proche de la Costanera.
Des gens récupérant leur affaires dans un kiosque proche de la Costanera.
Tous les bâteaux de Pichilemu ont été transportés loin de la plage afin d'éviter leur destrucions. Sur cette photos, des embarcations attendent leur transferts vers Las Terrazaas Beach.
Tous les bâteaux de Pichilemu ont été transportés loin de la plage afin d'éviter leur destrucions. Sur cette photos, des embarcations attendent leur transferts vers Las Terrazaas Beach.
Des gens photographiant et observant la mer depuis l'Agustín Ross Balcony.
Des gens photographiant et observant la mer depuis l'Agustín Ross Balcony.
L'Agustín Ross Balcony, d'où des gens observaient et photographiaient la mer vendredi.
L'Agustín Ross Balcony, d'où des gens observaient et photographiaient la mer vendredi.
Beaucoup de gens sont venu admirer le comportement de la mer depuis l'Agustín Ross Balcony, comme on peut le voir sur cette photo.
Beaucoup de gens sont venu admirer le comportement de la mer depuis l'Agustín Ross Balcony, comme on peut le voir sur cette photo.
Vu de la plage de Pichilemu depuis l'Agustín Ross Balcony.
Vu de la plage de Pichilemu depuis l'Agustín Ross Balcony.
Agents du PDI venant pour évacuer les gens de la plage de Pichilemu, vendredi après-midi.
Agents du PDI venant pour évacuer les gens de la plage de Pichilemu, vendredi après-midi.
Agents du PDI demandant au gens de quitter la Costanera, vendredi après-midi.
Agents du PDI demandant au gens de quitter la Costanera, vendredi après-midi.
Certaines personnes sont aller observer la mer, désobéissant à la police. Sur la photo, el Mirador tout proche de l'Agustín Ross Park.
Certaines personnes sont aller observer la mer, désobéissant à la police. Sur la photo, el Mirador tout proche de l'Agustín Ross Park.
Panorama de la côte de Pichilemu, vendredi après-midi.
Panorama de la côte de Pichilemu, vendredi après-midi.
La plupart des commerces de la Costanera ont été évacués au cours de l'alerte au tsunami. Sur la photo, l'Entre Mar Restaurant.
La plupart des commerces de la Costanera ont été évacués au cours de l'alerte au tsunami. Sur la photo, l'Entre Mar Restaurant.
Pompiers de Pichilemu (Bomberos de Pichilemu), patrouillant Los Jardínes.
Pompiers de Pichilemu (Bomberos de Pichilemu), patrouillant Los Jardínes.
De fortes pluies se sont abattus sur Pichilemu durant la nuit de vendredi. Vu de l'Agustín Ross Avenue.
De fortes pluies se sont abattus sur Pichilemu durant la nuit de vendredi. Vu de l'Agustín Ross Avenue.
L'hôpital de Pichilemu, situé à une centaine de mètres de la plage, a été temporairement délocalisé au lycée Agustín Ross Edwards. Sur cette photo, un camion transporte le matériel médical.
L'hôpital de Pichilemu, situé à une centaine de mètres de la plage, a été temporairement délocalisé au lycée Agustín Ross Edwards. Sur cette photo, un camion transporte le matériel médical.
De fortes vagues ont battus les côtes de Pichilemu tout au long de la journée. Cette photo à été prise vendredi vers 22 h heure locale (samedi, vers 1 h UTC).
De fortes vagues ont battus les côtes de Pichilemu tout au long de la journée. Cette photo à été prise vendredi vers 22 h heure locale (samedi, vers 1 h UTC).
D'après le gouverneur Julio Ibarra, les vagues du tsunamis ont « presque » atteintes le bâtiment du gouvernement de la province de Cardenal Caro. Photo du 12 mars 2011.
D'après le gouverneur Julio Ibarra, les vagues du tsunamis ont « presque » atteintes le bâtiment du gouvernement de la province de Cardenal Caro. Photo du 12 mars 2011.
Quelques puissantes vagues frappaient toujours la plage de Pichilemu le 12 mars 2011 vers 14 h 20 heure locale (17 h 20 UTC).
Quelques puissantes vagues frappaient toujours la plage de Pichilemu le 12 mars 2011 vers 14 h 20 heure locale (17 h 20 UTC).
Tous les bateaux de pêches ont été transportés sur un point surélevés à la suite de l'alerte au tsunami vendredi matin. Le bateau photographié, La Orca, est sur l'Agustín Ross Avenue.
Tous les bateaux de pêches ont été transportés sur un point surélevés à la suite de l'alerte au tsunami vendredi matin. Le bateau photographié, La Orca, est sur l'Agustín Ross Avenue.


Sources


Wikinews
Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews .
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimedia :

Ressources multimédia sur Commons.


Protectbriefcase.gif Cet article est archivé et n'est plus librement éditable. Vous pouvez demander des rectifications (interwiki à ajouter, retirer ou modifier, orthographe, grammaire ou autre) dans la page Wikinews:Intervention sur une page archivée.


  • Page Chili de Wikinews Page « Chili » de Wikinews. L'actualité chilienne dans le monde.