Peter Hasler est nommé à la tête du conseil d'administration de La Poste suisse

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bâtiment du siège de La Poste à Berne

21 janvier 2010. – Moins de 18 heures après l'annonce de la démission de Claude Béglé du poste de président du conseil d'administration de La Poste suisse, le Conseiller fédéral Moriz Leueuberger a annoncé le choix de son remplaçant en la personne de Peter Hasler, âgé de 64 ans et ancien directeur de l'Union patronale suisse (UPS). Ce choix marque le retour à un profil plus consensuel et à une personnalité connaissant bien les mécanismes politiques nationaux.

Selon les informations communiquées à la presse, le Conseiller fédéral avait averti Claude Béglé dès le 7 janvier de sa décision de lui chercher un successeur, dans le but de palier à toute éventualité. Cette décision faisait suite aux différentes attaques dont le président faisait l'objet, tant sur le plan de sa stratégie que sur sa personne. C'est le 11 janvier que Peter Hasler a été approché pour la première fois. Une semaine plus tard, le ministre avertissait Claude Béglé qu'il allait proposer à ses collègues un changement à la présidence du conseil d'administration, tout en lui laissant la possibilité d'annoncer par lui-même sa démission.

Directeur de l'UPS de 1993 au 1er juin 2006, M. Hasler est actuellement président des conseils d'administrations de l'hôpital universitaire de Zurich, de la Caisse suisse de voyage (REKA) et de la société Elips Life, vice-président de Sihldruck AG à Zurich et de Schweizerisches Informatik Zertifikat et siège au conseil de fondation du WWF Suisse. Entrant en fonction immédiatement, il a annoncé renoncer à deux de ces mandats, sans toutefois préciser lesquels.

Du côté des réactions politiques, le Parti socialiste se dit « surpris » par cette « nomination éclair », tout en relevant que Peter Hasler « n'est pas connu pour avoir fait preuve de compréhension pour le service public ». Alors que le Parti libéral-radical et le Parti démocrate-chrétien expriment leur satisfaction face à ce choix, l'Union démocratique du centre dénonce un « véritable scandale » concernant la procédure choisie pour désigner le nouveau président de La Poste.

Enfin, Claude Béglé est revenu mercredi matin sur sa vision des événements récents lors d'une dernière conférence de presse donnée dans les locaux du siège de La Poste à Berne : « J'ai essayé de faire quelque chose pour mon pays, car La Poste fait face à de grands défis. Et je m'y suis engagé corps et âme ». C'est en ses termes qu'il a débuté son discours d'adieu, largement tourné sur la campagne contre lui organisée, à ses yeux, par des anciens dirigeants de La Poste, parmi lesquels il cite l'ancien directeur Ulrich Gygi et son prédécesseur direct Anton Menth, mais aussi plusieurs anciens membres du conseil d'administration.

Voir aussi

Sources



  • Page Suisse de Wikinews Page « Suisse » de Wikinews. L'actualité suisse dans le monde.