Ossétie du Sud : Hammarberg “très inquiet” de la situation des personnes déplacées

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

17 décembre 2008. – Le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Thomas Hammarberg, s'est déclaré « très inquiet » mercredi en raison de la situation des personnes déplacées en Géorgie à la suite du conflit osséto-géorgien d'août dernier.

« Je suis très inquiet par le fait que le gouvernement géorgien, malgré l'aide substantielle provenant de la communauté internationale, n'ait pas encore réussi à garantir des conditions de vie décentes et une aide à un certain nombre de personnes encore déplacées », lit-on dans un compte-rendu que M. Hammarberg a publié sur son site Internet après un déplacement dans des zones touchées par le conflit.

Le commissaire a fait état d'environ 37.500 personnes déplacées qui « nécessitent une amélioration urgente de leurs conditions de vie ».

M. Hammarberg a par ailleurs prôné la nécessité d'efforts de la part du gouvernement géorgien en vue de défendre les droits de plus de 223 000 personnes qui déplacées à la suite des conflits précédents.

« Malgré quelques avancées positives, la situation des victimes touchées par le conflit d'Ossétie du Sud demeure préoccupante », a estimé le commissaire aux droits de l'homme, appelant à « s'occuper rapidement des graves insuffisances en matière d'aide humanitaire aux personnes qui sont revenues ».

Début novembre, le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Thomas Hammarberg, s'est rendu pour la troisième fois en Ossétie du Sud, ancienne province géorgienne victime d'une agression de Tbilissi. Lors de ce déplacement, il a visité un camp de réfugiés et a rencontré l'administration sud-ossète.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Ossétie du Sud: Hammarberg "très inquiet" de la situation des personnes déplacées » datée du 17 décembre 2008.

Sources