Médias : le CSA n'autorise pas LCI, Paris Première et Planète+ à basculer sur la TNT gratuite

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Groupe TF1.png

29 juillet 2014. – Le Conseil supérieur de l'audiovisuel français (CSA) a rendu ce mardi après-midi sa décision : il n'autorise pas le basculement des chaînes LCI, Paris Première et Planète+, détenues respectivement par les groupes TF1, M6 et Canal+, sur la télévision numérique terrestre (TNT) gratuite.

Le CSA motive sa décision par trois raisons : la mauvaise conjoncture du marché publicitaire, la situation financière fragile des chaînes déjà disponibles sur la TNT gratuite et l'atonie de la consommation de la télévision. Cependant l'institution de régulation ne tire pas de conclusions définitives et indique qu'« une évolution plus favorable des conditions de marché pourrait justifier un réexamen à l'avenir ».

Menaces de fermetures de chaînes[modifier | modifier le wikicode]

CanalPlus.png
Alors que le groupe TF1 indiquait, par la voix de son président, Nonce Paolini, que LCI fermerait en cas de refus de la part du CSA, ces derniers jours ont vu nombre de rebondissements. La semaine dernière les deux chaînes d'informations en continu présentes sur la TNT gratuite, BFMTV et I>télé, ont déclaré être prêtes à embaucher un tiers des journalistes de la chaîne chacune. Quelques jours plus tard, le trio BPN pour Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse, actionnaires principaux du quotidien français Le Monde, ont annoncé être intéressés par la possibilité d'un rachat de LCI. Ces deux tentatives ont été considérées par le groupe TF1 comme des « manipulations détestables » visant à « troubler la sérénité du CSA au moment de sa prise de décision ».
Logo Paris Première rentrée 2011-2012.jpg
À l'annonce du refus de passage sur la TNT gratuite de la chaîne, Nonce Paolini a déclaré qu'« en l'état, l'arrêt de LCI après décembre 2014 est probable » et que la chaîne ne sera pas vendue. Les détracteurs du passage de LCI en gratuit rappellent que le groupe TF1, par l'intermédiaire de son ancien président, Patrick Le Lay, s'était farouchement opposé à la création de la TNT et s'était orienté vers la TNT payante. Ils ne manquent pas non plus de souligner que le groupe a lancé récemment, fin 2012, une nouvelle chaîne, HD1, sur la TNT gratuite.

Du côté de Paris Première, le président du groupe M6, Nicolas de Tavernost, indique que la chaîne fermera si « elle n'est plus viable ». Le groupe a déclaré dans un communiqué que « Paris Première conteste vigoureusement la motivation particulière du CSA concernant des analogies supposées avec des services existants » et « désapprouver » la décision du CSA. Le groupe M6 a indiqué réfléchir à un recours devant le Conseil d'État.

Satisfaction du côté de NextRadioTV et de l'ACI[modifier | modifier le wikicode]

Le groupe NextRadioTV, notamment propriétaire de la chaîne BFMTV, s'est dit satisfait « de la décision du CSA de ne pas autoriser le passage des trois chaînes payantes en gratuit, parce que cela aurait profondément destabilisé le marché de la télévision et celui des chaines d'informations en particulier ». L'action du groupe a d'ailleurs bondi de plus de 7 % après l'annonce du CSA.

L'association des chaînes indépendantes (ACI) qui regroupe L'Équipe 21, Numéro 23, Gulli, BFMTV, RMC Découverte, NRJ12 et Chérie 25 a déclaré dans un communiqué se féliciter « de la sage décision du CSA, qui reconnait ainsi le rôle des acteurs indépendants, qui contribuent grandement à la pluralité du paysage audiovisuel. »

Sources[modifier | modifier le wikicode]


Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 29 juillet 2014

Jour suivant avant