Libye : l'ONU va enquêter sur les violations des droits de l'homme

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Arab Spring map.svg

██ Départ / Mort (Libye) du chef de l’État ██ Manifestations prolongées et répression ██ Changement de gouvernement et manifestations ██ Manifestations prolongées ██ Protestations mineures

██ Pays non-arabes touchés par un mouvement social simultanément aux révoltes arabes
Les cinq dernier articles


Voir sur Wikipedia

25 février 2011. – Réuni en session extraordinaire à Genève, le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a pris la décision de créer une commission d'enquête sur les violences perpétrées lors de la répression des manifestations en Libye.

Il a été décidé de créer une commission indépendante, impartiale et digne de confiance en vue d'enquêter sur les violations des droits de l'homme en Libye afin que les coupables assument l'entière responsabilité de ces actes de violence, indique la résolution du Conseil adoptée à l'unanimité.

La résolution demande également l'expulsion de la Libye du Conseil des droits de l'homme de l'ONU. La décision définitive à ce sujet doit être prise par l'Assemblée générale des Nations unies.Selon les médias près de 2 000 personnes ont été tuées lors des émeutes qui se déroulent en Libye depuis le 15 février. Les protestataires réclament le départ de Mouammar Kadhafi au pouvoir depuis 42 ans. En réponse, les autorités libyennes menacent de durcir les répressions contre les manifestants.

De nombreux Etats étrangers procèdent au rapatriement de leurs ressortissants.Créé par l'Assemblée générale de l'ONU, le 15 mars 2006, le Conseil des droits de l'Homme est un organe intergouvernemental composé de 47 États. Il a pour but d'examiner les cas de violations des droits de l'homme et d'émettre des recommandations à ce sujet.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Libye: l'ONU enquêtera sur les violations des droits de l'homme » datée du 25 février 2011.

Sources