Les Kouriles du Sud demeurent une pomme de discorde entre le Japon et la Russie

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Îles Kouriles

3 juillet 2009. – Réuni le 7 juillet, le Conseil de la Fédération[1] « réagira fermement aux amendements à la loi sur les « Territoires du Nord » adoptés vendredi par le parlement japonais », a annoncé vendredi à RIA Novosti le président du Conseil, Sergueï Mironov.

« La souveraineté de la Russie sur ces îles ne fait aucun doute », a-t-il indiqué avant de regretter que Tokyo « n'apprécie pas » à leur juste valeur les rapports avec Moscou. Selon le président du sénat russe, la position du parlement japonais entre en contradiction avec la Déclaration soviéto-japonaise de 1956 sur la cessation de l'état de guerre, ce que les dirigeants japonais ne sont pas incapables de comprendre.

« Je voudrais espérer que la politique extérieure japonaise est menée non par des samurais armés de glaives mais par des leaders responsables et lucides », a déclaré le président de la chambre haute du parlement russe.

Principale agglomération sur l'île de Shikotan

Les amendements à la loi de 1982 approuvés vendredi confirment l'appartenance des quatre îles composant les Kouriles du Sud au Japon. La loi amendée appelle à déployer « un maximum d'efforts afin d'obtenir dans les meilleurs délais la restitution des Territoires du Nord en tant que territoires appartenant au Japon ».

Le Japon revendique les Kouriles du Sud (Shikotan, Itouroup, Kounachir et Habomai), se référant au Traité commercial et frontalier de 1855 qui reconnaît ces îles comme japonaises. Cette revendication est avancée par Tokyo à titre de préalable à la conclusion du traité de paix avec la Russie.

La position de principe de Moscou réside dans le fait que les Kouriles du Sud ont été rattachées à l'URSS, dont la Russie est successeur en droit, au vu des résultats de la Seconde Guerre mondiale, qui reconnaissent le Japon comme « pays agresseur ». De ce fait, la souveraineté russe sur ces îles, entérinée sur le plan du droit international, ne fait aucun doute aux yeux de Moscou.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Kouriles: le sénat russe promet une riposte "ferme" aux amendement nippons » datée du 3 juillet 2009.
Notes

Sources

Voir sur Wikipédia l'article
Îles Kouriles.


  • Page Russie de Wikinews Page « Russie » de Wikinews. L'actualité russe dans le monde.