Les 100 ans de la loi concernant la séparation des Églises et de l'État français

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

9 décembre 2005. – La séparation des Églises et de l'État est un événement fondateur de la société française du XXe siècle. Elle met en place une société laïque c'est-à-dire que les institutions religieuses n'ont plus leur place dans les affaires publiques et n'a plus à intervenir dans la politique nationale.

En 2004, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Économie, mais sortant de son poste de ministre de l'Intérieur et des Cultes s'interroge dans un livre intitulé La République, les religions, l'espérance sur une possible modification de la loi, sans toutefois remettre en cause ses fondements. Il propose de donner à l'État les moyens de pouvoir contrôler efficacement le financement des cultes, en particulier le culte musulman, financé actuellement en grande partie par des puissances islamistes proche et moyenne orientale. Ce contrôle permettrait, d’après lui, de libérer le culte musulman français de la tutelle extrémiste et ainsi de pouvoir limiter les dérives extrémistes et terroristes au sein des mosquées françaises. Ce contrôle impliquerait comme effet secondaire des facilités accordées par l'État en matière de formation des agents des cultes, en mettant par exemple à disposition des enseignants pour les matières non religieuses pour la formation des prêtres, pasteurs ou imams.

En mars 2004, un loi en France est votée sur le port du Hijab et des symboles religieux. Elle interdit le port de tout signe religieux « ostensible » dans les écoles, ce qui inclut le voile islamique, la kippa, et le port de grosses croix. La loi permet le port de symboles discrets de sa foi, tels que petites croix, étoiles de David, ou mains de Fatima. Cette loi part ses détracteurs est une atteinte à la liberté de culte et de sa manifestation et pour ses défenseurs, un facteur supplémentaire pour la laïcité dans la séparation du culte et de l'éducation.

En 2005, on note un large rechaufements des relations diplomatiques avec le Vatican qui avait été gelé par cette loi. Cependant, on note un retour de la religion catholique en force dans la vie publique notamment grâce à la médiatisation du pape comme jamais auparavant, sans toutefois rentrer dans les affaire publiques. Néanmoins, dans certains cas on observe un financement de l'État dans les activités religieuses et la participation de personnalités politiques à des cérémonies religieuses.

Liens

  • Le texte de la Loi concernant la séparation des Églises et de l'État.

--version consolidée au 29 juillet 2005 : texteconsolide --Texte intégral de la loi du 9 décembre 1905 sur Wikisource