Le canton de Genève a réalisé un bénéfice de 786 millions de francs en 2007

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vue de la vieille-ville de Genève.

11 avril 2008. – Les comptes 2007 du canton de Genève affichent finalement un bénéfice de 786 millions de francs, en lieu et place du déficit budgétisé de 191 millions, meilleur résultat jamais enregistré dans ce canton qui reste toutefois le plus endetté de Suisse avec une dette de 11,9 milliards de francs.

Selon David Hiler, le ministre des Finances, ce résultat exceptionnel est du à la fois à la forte croissance économique qui dure depuis quatre ans et aux efforts de maîtrise des charges, qui ont diminué de presque 1 % en une année, alors que les revenus ont vu une hausse de 8 %, à 7,7 milliards de francs. Cependant, 379 millions des recettes proviennent en fait de réévaluations à la hausse de prévisions trop basses.

Dans sa conférence de presse, le Conseil d'État a pris les devants en prévenant que la majeure partie de cet excédent sera attribué au remboursement d'une partie de la dette du canton, dont les intérêts s'élèvent actuellement à près d'un million par jour. A terme, David Hiler entend la réduire à 7 milliards. 150 millions, échelonnés sur 2009 et 2010, sont alloués à des baisses fiscales, principalement en faveur des familles, en introduisant le principe du splitting fiscal[1] et en augmentant les déductions pour les enfants, mais également en appliquant un correctif de l'imposition sur la fortune. L'augmentation des charges, initialement plafonnée à 1 %, va passer à 2 %, permettant ainsi l'indexation des salaires et l'application des mécanismes salariaux.

Enfin, le gouvernement prévoit d'introduire une réforme de la rémunération de la fonction publique, remplaçant entre autres la prime de fidélité automatique par un 13e salaire, ce qui devrait coûter environ 50 millions.

Notes

Sources