Le Conseil de sécurité de l'ONU prend de nouvelles sanctions contre l'Érythrée

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Localisation de l'Érythrée
Ban Ki-moon, en juin 2007

24 décembre 2009. – Le Conseil de sécurité de l'ONU a imposé hier des sanctions contre l'Érythrée. Elle est accusée de soutenir des groupes armés somaliens, les milices Al-Shabab, qui tentent de renverser le gouvernement, et de refuser de régler son différend frontalier avec la République de Djibouti. La résolution a été approuvée par treize des quinze membres du Conseil. La Chine s'est abstenue, et la Libye s'y est opposée.

Les dirigeants érythréens démentent ces allégations. L'ambassadeur d'Érythrée à l'ONU Araya Desta a qualifié le vote au Conseil d'« honteux », arguant qu'il reposait « sur des mensonges préfabriqués ».

Les quinze membres du Conseil ont décidé que tous les États membres devaient prendre immédiatement les mesures nécessaires pour interdire la vente ou la fourniture d'armements à l'Érythrée. « Ils doivent également geler les fonds se trouvant sur leur territoire et qui sont détenus ou contrôlés directement ou indirectement par certains individus ou entités. Des dispositions qui s'appliquent notamment à divers hauts responsables politiques et militaires érythréens, aux entités gouvernementales et paraétatiques et aux entités privées appartenant à des nationaux érythréens vivant sur le territoire érythréen ou à l'extérieur », a précisé le Conseil.

Par ailleurs, le Conseil de sécurité s'est déclaré « gravement préoccupé » par le comportement l'Érythrée qui refuse toujours de dialoguer avec Djibouti. Asmara rejette toute médiation, y compris les efforts du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

Sources