La gagnante de l'Eurovision 1973, Anne Marie David, évoque ses 40 ans de carrière ainsi que le passé et le présent du concours

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Anne Marie David parle de la persévérance qui a construit sa carrière: « J’ai toujours assumé l’image de compétitrice, peut-être parce que j’ai grandi dans un milieu où j’étais très heureuse, mais où nous n’étions pas très riches, alors j’ai toujours eu à faire des choix et j’ai dû mériter chaque chose que la vie me donnait. »
Photo: Anne Marie David/Dave Goodliffe

16 février 2009. – Dans les années 1970, elle était une des chanteuses les plus populaires en France et elle était connue du monde entier. Anne Marie David, originaire d'Arles au Sud de la France, a eu son premier succès quand elle a joué Marie-Madeleine dans la version française de Jésus Christ Superstar. Puis elle a remporté le « grand prix » au concours Eurovision de la chanson en 1973. La chanson gagnante, « Tu te reconnaîtras » est devenue un grand « hit » partout en Europe au printemps 1973.

À la hauteur de sa carrière, Mme David avait fait des spectacles et elle avait même habité en Turquie pour un certain temps. En 1979 elle a encore essayé de gagner l’Eurovision et elle est arrivée 3e. Sa chanson, « Je suis l’enfant soleil » est devenue très populaire en France et dans les autres pays francophones.

Avec le temps cependant, elle devint moins présente sur la scène musicale française. Puis en 1987, Anne Marie David décida de se retirer notamment à cause des effets de ses tournées sur sa vie personnelle. Cependant grâce à ses fans, elle sortit de sa retraite en 2003. Après quarante ans de carrière, Anne Marie David a de nombreux projets en préparation.

Mme David a été interviewée par Mike Halterman de Wikinews sur sa carrière, sa vie en tournée, son succès au concours de l'Eurovision, ses regrets sur la manière dont le concours est produit aujourd'hui.


Mike Halterman : J'ai vu les photos de votre site, et je dois dire que vous avez l'air presque aussi jeune que lors de votre passage à l'Eurovision, il y a 30 ans. Est-ce qu'à l'époque, on vous a fait remarquer que vous ressemblez beaucoup à Marie Osmond ?
Anne Marie David : Merci du compliment, mais je n'ai pas le souvenir d'une allusion à la ressemblance avec Marie Osmond, mais j'aurais pris çà pour un compliment non ?
Mike Halterman : Quand avez-vous commencé à chanter ? Quelles ont été les inspirations musicales de votre enfance ?
Anne Marie David : Je chantais déjà toute petite, ma maman m'a raconté que pendant qu'elle m'attendait, elle me chantait déjà des berceuses… Ma culture musicale est très large. Chez moi on écoutait beaucoup d'opéra, d'opérettes, mais aussi de la variété Française ou de l'accordéon. Mais ma grande

révélation a été la découverte de Barbra Streisand dans Funny Girl… Cela a tout changé pour moi… J'ai absolument voulu me rapprocher de cette immense artiste, la plus grande selon moi, et tenter de me hisser à la hauteur de son talent non pas en l'imitant mais en réussissant à acquérir cette perfection vocale qu'elle possède et en orientant tous mes efforts vers le jeu d'actrice que je pouvais donner en interprétant mes chansons quand bien sûr le texte me le permettait.

Mike Halterman : Vous êtes devenue célèbre en jouant Marie-Madeleine dans Jésus Christ Superstar. Comment avez-vous obtenu le rôle ? Si vous avez eu à passer des auditions, comment se sont-elles déroulées, et étiez-vous nerveuse ?
Anne Marie David : À cette époque je jouais dans une comédie musicale venue des États-Unis "The Me Nobody Knows". Malheureusement la promotion de ce spectacle n'a pas été excellente et il est resté confidentiel.

Mon directeur artistique de l'époque Pierre Hebrard savait que le casting de Jésus Christ Superstar était terminé mais que le rôle de Marie Madeleine n'était pas encore distribué définitivement. Il a demandé à la production de m'auditionner. J'ai répété un quart d'heure le début de la chanson avec Anthony Bowles le directeur musical puis j'ai chanté la chanson. On m'a demandé de l'apprendre en entier pour le lendemain matin et de revenir la chanter. C'est ce que j'ai fait… J'ai chanté la chanson le lendemain et à la fin on m'a dit OK on vous prend… J'ai appris que pour ce rôle la production avait auditionné 600 filles ! J'ai été stressée APRÈS l'audition… quand j'ai réalisé le challenge. Avant je n'étais pas très à l'aise mais j'ai surtout voulu assurer la prestation…. « Show must go on, » no ?

Mike Halterman : Vous êtes du sud de la France, pourtant, certains Wikipédiens francophones l'ont remarqué, vous n'en avez pas l'accent lorsque vous chantez. Avez-vous dû prendre des cours de diction, ou est-ce naturel pour vous de chanter sans cet accent ?
Anne Marie David : Je suis très fan des imitations d'accent…l'accent c'est aussi de la musique et en privé je raconte souvent des blagues avec accent. C'est mon côté actrice… mais en fait chanter en Français pour moi c'est chanter sans accent… c'est quelque chose de naturel… je ne fais pas d'effort particulier.
Mike Halterman : Après vos succès au théâtre, vous avez remporté l'Eurovision en 1973. Le Luxembourg choisissant habituellement ses candidats en interne, qu'est ce qui a poussé, d'après vous, RTL à vous contacter (et par quel biais l'ont-ils fait) ? Avez vous à l'époque songé à refuser leur invitation ?
Anne Marie David : J'ai eu la chance d'avoir le directeur des programmes et la directrice des éditions RTL le soir de la première de Jésus Christ Superstar. Ils m'ont vue et ont été enthousiasmés par ma performance. Quand ils m'ont demandé ce soir la si j'acceptais de représenter le Luxembourg en 1973 j'ai juste demandé si ce n'était pas un problème qu'ils aient gagné avec Vicky Léandros cette année (1972). Ils m'ont dit que non et que pour eux gagner plusieurs fois de suite n'était pas un problème.

…Alors j'ai dit OUI avec PLAISIR !

Mike Halterman : Pendant l'Eurovision, alors que vous concourriez pour le Luxembourg, un même pays gagnant 2 années de suite était une chose encore rare. De ce fait, subissiez-vous beaucoup de pression vis-à-vis de « la nécessité de remporter le grand prix » (de l'extérieur comme de vous-même) ?
Anne Marie David : Il n'y avait pas de nécessité de remporter le Grand PRIX sauf dans ma tête. Pour moi j'étais persuadée qu'une opportunité comme celle là était UNIQUE et que je ne l'aurais pas deux fois… je me suis trompée… je l'ai eue deux fois !

Ce que je veux dire c'est que l'Eurovision reste pour moi avant tout un concours de chansons, mais que bien sûr une bonne chanson ne vaut rien sans un bon interprète. D'où l'obligation d'avoir les deux!

J'ai toujours eu et j'ai gardé le goût des défis… l'Eurovision en est un. Et parmi les défis j'aime la compétition alors quand le défi et la compétition sont réunis, je ne pense qu'à la victoire. Je crois ridicule et inutile d'aller à l'Eurovision sans vouloir la gagner!

Je ne pars jamais dans un concours ou ailleurs d'ailleurs lorsqu'il s'agit de chanter avec une vue touristique de la chose. Je privilégie le travail et le résultat du travail. Cela ne m'a pas permis de visiter beaucoup de choses dans tous les pays où je suis allée en compétition mais cela m'a permis de ne jamais me retrouver mal classée ou dernière.

Il faut savoir ce que l'on veut la victoire ou le tourisme… Et puis je pense que c'est un manque de respect pour tous ceux qui comptent sur nous, et pour tous ceux qui paient très cher (productions - télévisions etc) pour qu'on ne prenne pas le risque de perdre une chance de bien se classer ou mieux qu'on ne mette pas toutes les chances de gagner de notre côté.

Mike Halterman : Votre victoire s'est jouée de peu contre le groupe espagnol Mocedades et le britannique Cliff Richard. Qu'avez-vous pensé de leur interprétation ? Si, hypothétiquement, vous n'aviez pas remporté l'Eurovision, pensez-vous que l'un ou l'autre était suffisamment fort pour gagner ?
Anne Marie David : 1973 a été une année très riche en candidats de qualité… la preuve… la victoire n'est arrivée pour moi qu'avec très peu de points d'avance.

L'ordre d'arrivée des autres candidats de cette année là était pour moi ce que je redoutais le plus… Mocedades c'était un pur moment de bonheur et d'une redoutable efficacité… Cliff Richard bénéficiait d'une notoriété exceptionnelle et d'une maîtrise de la scène que j'étais loin d'avoir… alors il m'a fallu jouer le tout pour le tout… mais je vous l'ai dit j'avais choisi la VICTOIRE pas le tourisme!

Mike Halterman : Durant les années 70, vous avez fait de nombreuses tournées en Turquie et au Moyen-Orient, et y avez remporté l'Oscar international des variétés par deux fois. Quels ont été les moments préférés de vos voyages là-bas ?
Anne Marie David : J'ai eu l'immense bonheur de travailler longtemps et aussi d’habiter là bas et pour moi çà a été la découverte d'une immense culture, bien au delà de ce que je pouvais imaginer.

C’est la rencontre avec un peuple, le peuple Turc, que l'on ne prend pas la peine de connaitre en profondeur. La plupart du temps il y a trop de clichés qui ne sont en rien le reflet de ce qu'est vraiment ce peuple… Je ne parle pas des dirigeants, je parle des citoyens d’un pays.

J'ai appris à les connaitre, à les comprendre, à échanger avec eux, dans toute leur diversité et Dieu sait qu'en matière de diversité, la Turquie sait de quoi elle parle.

J'y ai passé des moments rares entourée de Turcs, d'Arméniens, de Grecs, de Juifs assis à la même table et parlant le même langage celui du cœur et de l’amitié… Dans le monde entier c’est la même chose. Tout va bien sauf à partir du moment où le politique ou la religion s’en mêlent…

Mike Halterman : En 1979, vous avez participé de nouveau à l'Eurovision, représentant cette fois-ci la France. Qu'est-ce qui vous a poussé à retenter l'experience ? Forte de votre succès de 1973, pensiez-vous avoir de grandes chances d'être choisie comme représentante de la France ?
Anne Marie David : C’est le goût du risque qui m’a guidée, mais un risque mesuré car être Gagnante du Grand Prix Eurovision 1973 est un titre à vie que l’on ne remet pas en jeu si on tente sa chance plusieurs fois. La place reste la place.

Quand j’ai accepté de tenter de représenter la France en 1979, je savais que la règle du jeu était différente de celle du Luxembourg. Gagnante 1973 ou pas, cela ne changeait pas grand-chose car il fallait passer par une sélection. J’ai joué le jeu comme tout le monde et c’est le public qui a voté pour les 12 demi-finalistes. Malheureusement la télévision a été en grève et la finale n’a pas pu avoir lieu comme prévu.

Les 12 demi-finalistes ont donc été visionnés par un jury de professionnels et j’ai été retenue. Mais j’ai respecté la règle jusqu’au bout et surtout la télévision Française n’a JAMAIS modifié la règle jusqu’à la sélection finale du candidat.

J’aurais apprécié que France 3 fasse respecter la règle du jeu de la même façon cette année… et que TOUS les candidats gagnent ou perdent de manière loyale… en respectant la règle. Ce ne sera pas le cas et je le regrette…

Mike Halterman : Durant l'Eurovision de 1979, après une compétition cette fois aussi serrée, vous avez terminé 3ème derrière Israël et l'Espagne. Sachant que votre victoire de 1973 a permis au Luxembourg de l'emporter deux fois de suite, étiez-vous contente qu'Israël achève cette même performance ?
Anne Marie David : Bien sûr ! C’est encore une fois une règle fixée par avance et qui n’interdit pas à un pays de gagner plusieurs fois de suite.
Mike Halterman : Sur des sites comme YouTube, de nombreux fans d'Eurovision estiment l'année 1979 comme étant l'une des meilleures de l'histoire du concours. Vous souvenez-vous de chansons que vous y avez particulièrement apprécié ? Laquelle de vos chansons pensez-vous avoir été la meilleur: « Je suis l'enfant soleil » ou « Tu te reconnaîtras »?
Anne Marie David : J’ai effectivement vu à quel point les internautes apprécient « Je suis l’enfant soleil »… qu’ils se rassurent… moi aussi !

Cette année là, en 1979, j’aimais particulièrement Milk and Honey et Gali Atari qui ont gagné et le groupe allemand qui chantait « Dschinghis Khan » c’était très fort comme titre et très bien vendu. Avec le temps, chanter mes chansons d’Eurovision me laisse un plaisir toujours intact.

« Je suis l’enfant soleil » raconte une histoire très très belle et me permet de beaucoup jouer la comédie… Mais j’adore « Tu te reconnaîtras » pour ce qu’elle a de chantant, d’entraînant et de direct vers le public. En fait chacune m’apporte quelque chose de différent et au public aussi.

Mike Halterman : Durant les années 80, vous avez participé a d'autres festivals/concours musicaux, dont un en Norvège et un autre au Chili. Anabela, qui a représenté le Portugal en 1993, a fini par se sentir stéréotypée comme une "fille à concours". Avez-vous eu une impression similaire ? Est-ce qu'il y a d'autres facettes de votre répertoire musical que vous auriez voulu pouvoir explorer davantage ?
Anne Marie David : J’ai toujours assumé l’image de compétitrice, peut-être parce que j’ai grandi dans un milieu où j’étais très heureuse, mais où nous n’étions pas très riche, alors j’ai toujours eu à faire des choix et j’ai dû mériter chaque chose que la vie me donnait.

Et puis c’est formidable de savoir que les autres misent sur vous et pensent que vous pouvez leur faire remporter une victoire. Ce n’est pas donné à tout le monde.

Quant aux facettes de ma personnalité, j’ai longtemps dû lutter (encore !) contre un visage qui refusait de vieillir, et qui donc m’empêchait d’être crédible dans certains répertoires.

Aujourd’hui le temps a passé, je suis totalement libre dans mes choix, ma voix a bien mûri, ma silhouette aussi, ma maîtrise de la scène est beaucoup plus élaborée et donc j’aborde tous les styles si la chanson me touche ou me plaît. Et puis je relève des défis comme la chanson que j’ai enregistrée avec Jean Renard « Federico » qui est totalement gipsy et en décalage total avec mon image. Je suis entrain de préparer une chanson pour un album Anglais de dance floor (eh oui !) qui sort chez Energise Records et qui est totalement à l’opposé de ce que je fais…mais cela m’amuse et puis les producteurs m’ont convaincue que je serais super dedans… Alors j’espère ne pas les décevoir. Scoop: elle s’appelle « You Came to Me ».

Mike Halterman : Vers la fin des années 80, vous avez arrêté votre carrière musicale. Est-ce que ça a été un choix difficile pour vous ? D'autres priorités vous ont-elles poussées à faire ce choix ? Où vous êtes-vous déplacée et qu'avez-vous fait durant cette période ?
Anne Marie David : Rien n’est jamais difficile lorsqu’on accepte d’assumer son choix. Ces années là étaient très disco, on entrait sur des terrains où je n’étais pas prête à aller, et j’avais été très gâtée par ma vie d’Artiste en allant toujours plus loin donc toujours plus loin de chez moi. La France des médias m’a beaucoup boudée après ma victoire pour le Luxembourg.

Tout le monde voulait un deuxième « Tu te reconnaîtras » et çà c’est impossible. Alors je suis allée là où le public m’attendait en changeant de pays quasi quotidiennement et cela m’a fatiguée.

Je me suis dit que ma vie n’était pas faite QUE de chansons et de gloire et que beaucoup d’autres choses me passionnaient.

Il m’aurait fallu sacrifier beaucoup trop de choses et de gens pour que je retrouve une place en France, comme aller revivre à Paris, mener une vie de people etc…

Je me suis dit que j’avais déjà été très gâtée alors j’ai dit STOP en 1987 après le Festival du Chili.

J’ai participé à de formidables projets autour des chevaux Lusitaniens et des toros de combat que j’ai élevés avec passion et amour, mais la vie ne pas suivie sur ces chemins là… peut-être parce que MA vie c’est la scène et que LA vie s’est chargée de me le rappeler…

Mike Halterman : Vous êtes sortie de votre retraite musicale voici 5 ans. Cela faisait-il longtemps que vous pensiez revenir sur le devant de la scène ? Aviez-vous l'impression que vous ne pouviez pas en rester là ?
Anne Marie David : Quand je décide de faire quelque chose, je le fais.

Quand je décide d’arrêter quelque chose, je le fais aussi.

Mais c’est sans compter sur le fait qu’il y a ce que l’on veut faire et ce que la vie décide pour vous !

En 1987, j’avais juré de ne jamais remonter sur scène , mais je vous l’ai dit, la vie vous sert parfois des plats que vous ne choisissez pas et en 2003 c’est le hasard qui m’a fait remonter sur scène, et ce sont mes fans dont je n’imaginais pas qu’ils étaient si nombreux et que, tant d’années après ils m’avaient autant conservé leur amour qui m’ont fait y rester.

Je leur dois beaucoup et je ne l’oublierai pas.

Mike Halterman : Parlez-nous des CD que vous avez sorti depuis votre retour. Est-ce que vous vous essayez à de nouveaux styles musicaux ? J'ai lu que vous aviez fait une collaboration avec Jean Renard sur votre CD « Federico » ; décrivez-nous votre vision de ce CD.
Anne Marie David : C’est grâce aux fans de mon fan club que j’ai pu réaliser un CD live que j’ai intitulé « LIVE A CHARLEROI ».

Ils ont envoyé de l’argent via mon Fan club pour me permettre d’être en concert et ils ont acheté ce CD sur souscription alors qu’il n’existait pas encore. Juste pour m’aider , juste pour me montrer à quel point ils avaient envie de me retrouver l’espace de 14 chansons avec un simple piano. Pour Federico c’est Jean Renard qui en a eu l’idée. Un contre emploi total pour moi mais il m’a fait confiance et je lui ai fait confiance. Je ne regrette pas.

Il y a un peu de moi dans Federico. J’ai des origines ibériques par ma mère et de plus cela m’a permis d’écrire deux textes en espagnol. Que du bonheur !

Mike Halterman : Quels sont vos projets pour 2009 ? Avez-vous prévu des concerts ?
Anne Marie David : Oui je vais faire des concerts mais cette fois comme un artisan, un balladin.

Je vais en co-produire une grande partie, je prépare un single 4 titres originaux et un album de 12 nouvelles chansons pour 2010 … Et puis après si Dieu le veut je fêterai mes 40 ans de carrière si possible à l’Olympia. Je continue aussi à être le coach et le directeur artistique du groupe Caprice (3 de mes élèves) qui avaient postulé pour représenter la France à l’Eurovision 2009 mais que France 3 a écarté du jeu de manière assez malhonnête (avec tous les autres d’ailleurs). Elles vont enregistrer d’autres chansons cette année et je suis certaine qu’elles vont faire un carton.

J’aime le talent et elles en ont.

Mike Halterman : Depuis une dizaine d'années, le public français semble se désintéresser de l'Eurovision, une tendance également remarquée dans d'autres pays comme l'Allemagne et les Pays-Bas. D'après vous, quelles en sont les causes ? Y a-t-il quelquechose que la France, ou plus précisement France Télévisions, pourrait faire pour que le public français s'y intéresse de nouveau, alors que la tendance actuelle est plutôt axée sur les émissions de télé-réalité ?
Anne Marie David : Arrêter de changer une règle du jeu qui a fait ses preuves pendant des années serait la seule solution. Ne pas mélanger les genres, revenir aux fondamentaux. L’Eurovision est un concours de chansons, pas de stars, ni de dance floor ni de Top Model

Si ce type de manifestation qui plaisait aux aficionados de base, n’avait pas dérivé, tous ceux qui aimaient l’Eurovision la regarderaient encore.

Mais le système des votes par SMS a développé le vote des jeunes, contre lequel je n’ai rien mais peu d’adultes se prêtent à ce jeu (ma grand-mère ou ma mère ne voteront jamais comme çà). Pour faire la part belle aux opérateurs qui ce soir là raflent le pactole, on préfère faire dériver une soirée qui était une fête familiale internationale…

Et dites vous que n’importe quelle puissance économique qui veut faire gagner son candidat peut s’offrir le luxe d’acheter des millions de portables, les distribuer avec forfait illimité pour un soir à des gamins qui ne pourront pas se les offrir et gagner !!! enfin quand je dis gagner !!!

Quand au vote du jury il doit rester visible. Auparavant, chaque pays envoyait ses 2 jurés et pendant le concours ils étaient tenus à l’écart de tout et de tous… Truquer les votes se voyait à l’écran le soir de la manifestation et donc çà n’arrivait presque jamais.

Quelle drôle d’idée aussi que je faire un distinguo entre des pays qui sont qualifiés d’office et les autres ! C’est d’une injustice totale . Vous voyez le sujet n’est pas neutre et que l’on ne me dise pas que c’est un raisonnement d’un autre âge… c’est juste une série de constats…

Personne ne peut contester le fait que certaines générations qui ont fait le succès de l’Eurovision n’y trouvent plus leur compte et donc s’en désintéressent.

Personne ne peut contester non plus que pendant des décennies les grand prix eurovision étaient des tubes internationaux que tout le monde chante encore aujourd’hui. Qui est capable de chanter aujourd’hui les titres qui gagnent ? Et qu’en restera-il demain ?

Mike Halterman : Certains téléspectateurs n'étaient pas satisfaits par Sébastien Tellier, le représentant français de l'an dernier, car sa chanson était en franglais. Un membre du parlement a même demandé que le prochain représentant chante uniquement en français. Quel est votre avis sur sa participation, et pensez-vous que le représentant français doive forcément chanter uniquement en français ? Pensez-vous qu'en l'état actuel du concours Eurosvision, ne pas chanter en anglais soit un handicap ?
Anne Marie David : Encore une fois, je crois qu’il faut revenir aux fondamentaux. Tournez le problème comme vous le voulez mais à la fin vous en arriverez aux mêmes conclusions.

L’Allemagne a gagné en allemand, l’Espagne en espagnol, la Hollande en néerlandais, la Norvège en norvégien etc… What else ?

Je ne vois aucune raison pour que l’on abandonne tout à l’anglais en tout cas je me battrai pour que ce ne soit pas le cas du Français !

Je chante en Anglais, je parle Anglais, j’aime la langue de Shakespeare mais si je dois représenter mon pays dans un concours international, je veux le faire en Français, et je veux aussi que ce soit fait en Français. Ce n’est pas un problème de chauvinisme, c’est un problème de respect à l’égard de tous ceux et de toutes celles qui ont payé de leur sang pour que la France soit un pays à part entière. C’est pareil pour l’hymne national de mon pays.

Et j’aurais le même raisonnement quelle que soit ma nationalité. Je suis née sous le soleil de la France, c’est normal que j’aime ce soleil là.

Mike Halterman : Lors de notre première interview concernant l'Eurovision, nous avons demandé a Nicole, vainqueur de l'édition de 1982, ce qu'elle pensait du supposé "vote de solidarité régional" entre les nations d'Europe de l'Est. Elle a répondu "Les pays d'Europe de l'est votent visiblement tous les uns pour les autres avec ce système. Il ne s'agit plus d'un concours de la chanson, mais d'une affaire politique". êtes vous de cet avis ? Quels sont vos sentiments sur les résultats de ces dernières années, plaçant la France, le Royaume Uni et l'Allemagne quasi-systématiquement en bas du classement ?
Anne Marie David : Vous avez déjà mon analyse du problème et donc de ma réponse [sur les deux questions précédentes].

Mais Nicole a raison elle défend son pays et je trouve çà très respectable.

C’est ce qui manque aujourd’hui.

Des gens qui n’ont rien à vendre et qui disent ce qu’ils pensent dans faire de clientélisme. Merci Nicole.

Mike Halterman : Vous voyez vous revenir à Eurovision comme représentante de la France ou d'une autre nation francophone ?
Anne Marie David : On m’a demandé plusieurs fois, y compris cette année en 2009 de représenter une fois de plus mon pays à l’Eurovision.

Mais je vous l’ai dit et je le répète, ce n’est pas la place d’artistes confirmés de prendre celle de jeunes artistes qui ont besoin de ce tremplin pour se faire connaître au plus grand nombre.

Et ce n’est pas la peur de perdre mon titre de gagnante. Je l’ai acquis définitivement pour 1973, je me suis classée 3ème en 1979. Jamais rien ni personne ne pourra changer cela.

Je préfère ma position de coach, de conseil… c’est magnifique de retrouver ses 20 ans au travers de quelqu’un d’autre qui a 20 ans non ? Mon émotion est intacte… la peur et le trac aussi alors que demander de plus ?

Mike Halterman : Ferez vous parti de la délégation française qui ira à Moscou cette année ? Si la décision n'est pas déjà prise, Cela vous tenterait-il ?
Anne Marie David : Trop de choses me séparent de la sélection Française 2009, dont l’essentiel repose sur le mépris du respect de la parole donnée, le mépris du respect de la règle posée, transgressée précisément par ceux qui ont le devoir et la mission que de veiller à ce qu’ils ne le soient pas.

De surcroît je pense que toutes les places de la délégation Française sont réservées et distribuées par avance selon une procédure qui m’échappe… Je n’ai rien à rajouter.

Mike Halterman : Pour finir, souhaitez vous laisser quelques mots aux fans qui suivent votre carrière depuis près de 40 ans ?
Anne Marie David : Oui, je veux leur dire simplement MERCI et à très bientôt pour continuer notre très belle histoire d’amour.

Sources


Wikinews
Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews (voir la page de discussion pour plus de détails).
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).