Japon : l'opposition demande la démission du ministre qui a qualifié les femmes de « machines à procréer »

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


1er février 2007. – Le Parti démocrate du Japon, le Parti social-démocrate et le Nouveau parti populaire ont demandé mardi dernier (le 30 janvier) la démission du Ministre de la Santé, du travail et du bien-être, Hakuo Yanagisawa, pour certains de ses commentaires émis le samedi 27 qualifiant les femmes de « machines à procréer », se référant à la projection prédisant la chute de la population nippone pour l'an 2055.

Yanagisawa a prononçé ces paroles lors d'un discours à l'assemblée préfecturale de Shimane en Matsue, devant des sympathisants du pro-gouvernemental Parti libéral démocrate. « Le nombre de femmes entre 15 et 50 ans est figé. A moins que nous ayons un nombre constant d'appareils et de machines à procréer, tout ce que nous pouvons leur demander est que chacune d'entre elles produise son plus bel effort », a-t-il déclaré selon l'Asahi Shimbun.

Selon le porte-parole du Gouvernement, Yasuhisa Shiozaki, le Premier ministre Shinzō Abe a réprimandé par téléphone Yanagisawa, qui s'est excusé publiquement le dimanche suivant (28). « C'était pour mieux les[1] faire comprendre à l'auditoire, mais ce n'était pas approprié » a expliqué Yanagisawa à Asashi. Il a également nié « avoir eu une quelconque intention de manifester de la discrimination envers les femmes ».

En 2005, le taux de natalité est tombé à 1,25 enfants par couple, nombre insuffisant pour maintenir la population stable, et le nombre de décès dépasse de plus de 20000 celui des naissances. L'Institut national de la surveillance de la population et de la Sécurité sociale a affirmé en décembre dernier que, si ce taux se maintenait, la population chuterait de quelques 30 millions d'habitants en 50 ans, descendant ainsi à moins de 90 millions d'habitants en 2055, Cette projection préoccupe le Gouvernement, car elle pourrait affecter le système de retraite et de santé. En décembre 2005, il a été annoncé aussi un recul de la population de un million de personnes en comparaison avec 2004.

Les moyens gouvernementaux de stimulation de la procréation ont été timides et les couples se refusent à avoir plus d'un rejeton en raison de la croyance que, dans le cas de la femme, l'on doit renoncer à son emploi pour s'occuper des enfants. Il se pose la question sur les politiques migratoires ...

D'autres membres du cabinet de Abe ont aussi effectué des commentaires inappropriés ces dernières semaines. Le ministre de la Défense[2] Fumio Kyūma a ainsi indiqué que l'invasion américaine de l'Irak fut une décision équivoque. Sanae Takaichi, ministre des Sujets d'Okinawa et des territoires du Nord, a aussi demandé la restitution d'une base américaine. Et le ministre de la Justice, Jin'en Nagase, fut désinvesti par Abe pour avoir laisser filtrer une information sur une loi pénale sur le point d'être présentée devant la Diète (Parlement).

Notes

Voir aussi

Sources

En anglais

En espagnol