Guerre en Ukraine : le nucléaire est-il l'arme ultime pour mettre fin à la guerre ?

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Affiche commémorative des bombardements américains sur les villes d'Hiroshima et de Nagasaki (2014).

Publié le 20 septembre 2022

En 1945, la Seconde Guerre mondiale avait pris fin grâce au bombardement nucléaire américain de deux villes japonaises, Hiroshima et Nagasaki. Aujourd'hui, avec des armes de plus en plus puissantes, la pression médiatique et internationale, et une armée qui peine à avancer, le président russe Vladimir Poutine risque t-il d'utiliser l'arme ultime pour mettre fin à la guerre en Ukraine ?

La course aux armements

Le 27 février, Vladimir Poutine avait ordonné la mise en alerte de toutes les composantes de la « force de dissuasion » dont la composante nucléaire. Après avoir tiré, le 18 mars, des missiles Kinjal contre un entrepôt de munitions à Deliatine (région d'Ivano-Frankivsk), la Russie a déclaré, le 22 mars, qu'elle ne ferait pas usage d'ogive nucléaire en Ukraine, sauf en cas de « menace existentielle ».

Le président russe commentât le premier tire du Sarmat, missile balistique intercontinental à ogive nucléaire:

« si quelqu'un veut se mêler à ces événements, nous avons pour cela des instruments que personne n'a aujourd'hui »

Vladimir Poutine, le 27 avril.

Le 4 mai, la Russie a déclaré avoir simulé des tirs de missiles nucléaires Iskander dans l'oblast de Kaliningrad. La cheffe du renseignement américain, Avril Haines, avait rassuré le 10 mai que Vladimir Poutine « enverrait des signaux » avant d'utiliser la bombe nucléaire :

« Vladimir Poutine n'autorisera l'usage de l'arme nucléaire que s'il perçoit une menace existentielle pour le régime russe, s'il perd la guerre en Ukraine et que l'Otan est soit en train d'intervenir soit se prépare à intervenir »

Avril Haines, cheffe du renseignement américain.

Après avoir tiré le 28 mai, le second missile Zircon, Vladimir Poutine a annoncé le 31 juillet que la marine russe allait en recevoir dans les prochains mois. Le 1er août, Vladimir Poutine avait rassuré qu'il « ne peut y avoir de vainqueurs dans une guerre nucléaire et cette dernière ne doit jamais être déclenchée ». La Russie a déclaré avoir importé le 18 août des missiles Kinjal dans l'oblast de Kaliningrad.

La pression médiatique

Les journalistes russes, comme Margarita Simonian, discutèrent du missile Sarmat à la télévision : « connaissant notre leader Vladimir Poutine, l'idée que tout se termine par une attaque nucléaire me semble plus probable qu'[une défaite] ». Son collègue Vladimir Soloviev, lui a alors répondu : « nous irons au paradis, et eux, ils vont simplement crever ».


La présentatrice d'une émission russe, Olga Skabeïeva, a indiqué le 28 avril que de Kaliningrad à Paris, le Sarmat mettrait 200 secondes.

« Réveillez-vous c'est déjà là. C'est comme ça qu'il faut leur parler ils ne comprennent que ça »

— a répondu Alexeï Jouravlev, député élu de la Douma.

Le 15 avril, un invité de l'émission avait même appelé à bombarder Kiev.

Commentant une image où les îles britanniques étaient rayées de la carte, le journaliste russe, Dmitri Kisselev, a déclaré le 1er mai : « l'Angleterre est très petite et il suffirait d'un seul missile Sarmat pour la détruire toute entière ».

La pression internationale

En présence de Vladimir Poutine, le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé le 16 septembre au XXIIe Sommet de l'OSC à « mettre fin au conflit en Ukraine au plus vite ». Le président russe a répondu au désir de paix en Ukraine du premier ministre indien, Narendra Modi :

« Je connais votre position concernant le conflit en Ukraine, vos inquiétudes. Nous allons tout faire pour que tout se termine le plus vite possible »

— a déclaré Vladimir Poutine.

Le 16 septembre, lors de l'émission Sixty minutes de CBS News, le président démocrate des États-Unis, Joe Biden a répondu au journaliste ce qu'il dirait à son homologue russe, Vladimir Poutine pour l'empêcher de lancer une bombe nucléaire en Ukraine :

« Don't, don't, don't. You will change the face of war unlike anything since World War Two »
« Ne le faites pas, ne le faites pas, ne le faites pas. Vous allez changer le visage de la guerre, comme jamais depuis la Seconde Guerre mondiale »

— a déclaré Joe Biden.

Le journaliste a alors demandé « quelle serait les conséquences » contre Vladimir Poutine après avoir utilisé la bombe nucléaire en Ukraine :

« You think I would tell you if I knew exactly what it would be? Of course I'm not going to tell you. It'll be consequential, they will become more of a pariah in the world, more than they have ever been »
« Vous pensez que je vous les dirais si je savais exactement ce qu'elles seraient ? Bien sûr, je ne vous le dirais pas. Ce sera conséquent, ils deviendront un paria dans le monde comme ils ne l'ont jamais été. Et en fonction de l'ampleur de ce qu'il font, on déterminera la réponse apportée »

— a rajouté Joe Biden.

Une armée qui peine à avancer

Face au recule de l'armée russe, la Russie a déclaré, le 13 septembre, lancer des « frappes massives » sur tous les fronts. Le blogueur russe Maxime Fomin, alias Vladlen Tatarsky, a réclamé « une frappe nucléaire d'avertissement » sur l'île aux Serpents (mer Noire).

Le Général français, Vincent Desportes a déclaré, le 15 septembre, que si Vladimir Poutine, utilisait « deux ou trois têtes nucléaires tactiques sur le territoire ukrainien, jamais l'OTAN ne réagira ».


Suite à l'interdiction russe de mobilisation générale, Vladimir Poutine a déclaré qu'il ne pouvait pas envoyer toute l'armée au front, qui doit combattre qu'avec sa partie professionnelle sous contrat, sans les appelés, soit seulement 190 000 soldats russes face au un million de soldats ukrainiens :

« le plan ne nécessite pas de changement. Nous ne sommes pas pressés. Récemment, les forces armées russes ont infligé quelques coups sensibles. Supposons qu'il s'agisse d'un avertissement. Si la situation continue d'évoluer ainsi, la réponse sera plus sérieuse »

— a conclu Vladimir Poutine le 16 septembre.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Wikinews-logo.png
Dossier
Pour plus de détails sur ce sujet, Wikinews a établi le dossier Conflit russo-ukrainien.
Ce dossier permet de situer cet article dans son contexte.


Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

20 septembre 2022

Jour suivant avant