Géorgie : Saakachvili dénonce les « provocations » de la Russie

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

5 mai 2009. – « La Géorgie n'a pas cédé à la provocation de la Russie, l'ordre et la stabilité règnent dans le pays », a annoncé le président Mikhaïl Saakachvili, commentant la découverte par le ministère de l'Intérieur d'un complot d'officiers supérieurs et la mutinerie qui a éclaté mardi dans un bataillon de blindés près de Tbilissi.

« L'État géorgien n'a pas cédé à la provocation russe. Cet incident isolé ne s'est pas étendu à d'autres unités, la situation est sous contrôle. L'ordre et la stabilité sont maintenus dans le pays », a déclaré M. Saakachvili.

Selon lui, l'incident de Moukhrovani s'est déroulé « la veille de deux événements cruciaux, les exercices militaires de l'OTAN (en Géorgie) et le sommet de l'UE à Prague, où doit être signé le programme du Partenariat oriental ».

« En prévision de ces événements, la Russie a triplé sa présence militaire en Géorgie, ce qui devait provoquer des désordres massifs et visait à porter atteinte à la démocratie et à l'intégration de la Géorgie dans les structures euro-atlantiques », a estimé le président géorgien.

Le gouvernement géorgien a fait preuve dans cette situation de modération : « nous avons agi comme l'auraient fait de nombreux pays européens. Nous n'avons pas toléré de provocations et j'en remercie toutes les forces politiques responsables de Géorgie, je suis prêt à coopérer avec elles », a noté le président, avant de promettre de ne pas sanctionner sévèrement les mutins.

« On a donné du temps aux rebelles pour déposer les armes. S'ils le font de leur bon gré, leur sort sera atténué. Des négociations sont en cours avec eux », a ajouté le chef de l'État géorgien.

Le lieutenant colonel Mamouka Gueorguichvili, commandant du bataillon, a déclaré que les militaires « ne pouvaient plus tolérer » la situation politique actuelle dans le pays et préconisaient un dialogue entre le pouvoir et l'opposition qui mène depuis le 9 avril des actions massives pour obtenir la démission de Mikhaïl Saakachvili.

« On ne saurait suivre calmement le processus de destruction du pays, ce face-à-face incessant, mais notre unité de blindé n'entreprendra aucun acte agressif. Nous restons en caserne », a rassuré le commandant du bataillon insurgé.

« Je crains que face à l'aggravation de la situation les parties en présence ne fassent parler les armes », a-t-il indiqué.

Cet article reprend la totalité ou des extraits de la dépêche de l'agence de presse RIA Novosti Flag of Russia.svg intitulée
«  Géorgie : Saakachvili dénonce les "provocations" de la Russie » datée du 5 mai 2009.

Sources