Fuite de déchets nucléaires à l'usine de retraitement de Sellafield, en Grande-Bretagne

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

9 mai 2005. – Assez de déchets nucléaires « pour remplir la moitié d'une piscine olympique » se sont échappés d'une fissure dans un tuyau pour aller se répandre dans une « énorme chambre en acier inoxydable » dans l'enceinte de l'usine de retraitement Thorp située à Sellafield, selon le journal britannique The Guardian.

Fichier:Sellafield-1515b.jpg
L'usine de retraitement de Thorp, faisant partie du site de Sellafield

La fuite n'est pas sortie des limites de l'usine et ne pose pas de problèmes sanitaires à la population et aux employés du site. Elle avait été découverte le 19 avril lorsque des ouvriers s'étaient aperçu d'une différence de volume entre le liquide entrant dans les conduits menant à la cuve du procédé et le liquide effectivement présent dans la cuve. Les ouvriers ont utilisé une caméra distante pour découvrir la fissure par laquelle le liquide s'échappait pour découvrir que plus de 20 tonnes étaient sortis.

Le liquide est composé essentiellement d'uranium et d'un peu de plutonium dissous dans de l'acide nitrique qui aurait dû être retraité dans les centrifugeuses. La chambre en acier inoxydable qui contient le liquide est trop irradiée pour que qui que ce soit y accède.

L'usine de Thorp, déjà largement en difficultés pour assurer le rythme de retraitement, doit régulièrement réviser ses objectifs à la baisse. Ce nouveau contre-coup, qui a nécessité la fermeture de l'usine, coûtera plusieurs millions d'euros, et supprimera surtout une source de revenus importante pour le nettoyage nucléaire, car l'usine était hautement profitable (plus d'un million de livres par jour selon la presse britannique).

L'évacuation des déchets, pour laquelle la méthode n'a pas encore été trouvée et qui nécessitera la suppression totale de danger de fuites vers l'extérieur, n'est pas encore élaborée mais durera vraisemblablement plusieurs mois. Le plutonium contenu dans la chambre étanche suffirait à lui seul pour produire au moins dix bombes nucléaires, et l'AIEA ne tolèrera aucune fuite à l'exterieur, permettant à des personnes malveillantes de se procurer le dangereux métal.

Sources