France : une pièce commémorative de 2 € pour fêter la présidence de l'Union européenne

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

27 juin 2008. – Une cérémonie a eu lieu en la présence de la ministre de l'Économie Christine Lagarde, du président-directeur général de La Monnaie de Paris Christophe Beaux et du designer français Philippe Starck pour procéder à la première frappe de la pièce commémorative de 2 euros dessinée à l’occasion de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne.

Cette pièce, frappée à 20 millions d’exemplaires (500 millions de pièces de 2 euros circulent en France) sera disponible le 1er juillet 2008 et pourra être utilisée sur l’ensemble de la zone euro. Le stock total de pièces en circulation en France est de l'ordre de 10 milliards d'unités, selon la Monnaie de Paris.

Philippe Starck a dessiné l’avers de la pièce, en tenant compte des contraintes légales et techniques propres aux pièces courantes commémoratives de 2 euros : présence obligatoire et non modifiable de la couronne avec ses étoiles, inscription littérale du thème retenu, mention obligatoire "RF".

Sur la face nationale sont présents les éléments suivants :

  • douze étoiles, en couronne sur la bordure de la pièce, symbolisant les nations
  • le chiffre "8" de l’année 2008 couvrant une partie de la zone des étoiles
  • la mention verticale "Présidence Française Union Européenne"

Le revers est celui, commun à tous les pays de la zone euro, de la pièce de 2 euros classique, avec la carte de l’Europe et la mention "2 euros".

Selon les mots de Christine Lagarde, elle sera « minimaliste et épurée ». La ministre a ajouté : « Cela permet à chacun dans toute l'Europe de s'approprier un peu de travail français ».
Quant à Philippe Starck, il a déclaré « Je suis très fier. C'est quelque chose que tout le monde va avoir dans la poche ».

À l'occasion de l'"inauguration" de la pièce, Christine Lagarde et le PDG de la Monnaie de Paris, Christophe Beaux, ont d'ailleurs signé un plan stratégique sur trois ans prévoyant des commandes d'au moins un milliard de pièces par an par l'État, en échange d'une baisse d'un tiers du prix des pièces vendues et d'une réduction des effectifs de 25% sous forme de départs accompagnés et de départs volontaires.

Sources