France : déraillement d'un train en gare de Brétigny-sur-Orge

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page actualisée Page actualisée : 13 juillet 2013 — « France : une pièce défaillante de l'aiguillage à l'origine du déraillement »

L’Essentiel


Breaking alerte info-fr.svg
Chiffres clés
  • 6 morts (Préfecture)
  • 22 blessés graves
  • une dizaine de blessés légers
Numéro vert
  • 0800 130 130
Géolocalisation
Géolocalisation sur la carte : France
France location map-Regions and departements-2016.svg
Brétigny-sur-Orge
Géolocalisation sur la carte : Région parisienne
Carte accident Brétigny-sur-Orge.png
Brétigny-sur-Orge
Photo du train accidentée, le lendemain de la catastrophe.

12 juillet 2013. – Le train Intercités numéro 3657, de la ligne Paris-Limoges, a déraillé alors qu'il roulait à 137 km/h sur une portion limitée à 150 km/h, ce vendredi 12 juillet, en gare de Brétigny à 17 h 14 (UTC+2), dans le département de l'Essonne. Le premier bilan provisoire fait état de six ou sept décès et plusieurs dizaines de blessés, des personnes présentes sur les quais de la gare faisant partie des victimes. Le plan rouge a été déclenché, suivi du plan blanc à partir de 19 h 40. Le ministre de l'intérieur, Manuel Valls indique que « le bilan va s'alourdir sans doute ». Les premières victimes ont été orientées vers l'hôpital Sud francilien, le CHU de Créteil, le Kremlin-Bicêtre et tous les hôpitaux du sud parisien, les autres hôpitaux accueillent les blessés dont le pronostic vital n'est pas engagé. Selon le journal Le Parisien/Aujourd'hui en France certains des passagers ont été « électrocutés et écrasés » lors du déraillement des voitures numéro 3 et 4 qui ont entraîné le déraillement de 4 autres voitures dont 2 sont désormais couchées sur les voies, 1 est à cheval entre la voie et le quai et 1 est restée debout. À 20 h 00, la voiture la plus touchée n'était toujours pas accessible aux secours.

Selon plusieurs conférences du président de la SNCF Guillaume Pepy, parmi les 370 personnes qui étaient à bord de ce train, 6 personnes sont décédées. Sur les 12 blessés, 9 sont dans un état très grave.

Les causes de l'accident restent pour l'heure inconnues, cependant la SNCF indique d'ores et déjà qu'il ne s'agit ni d'un problème de vitesse ni d'une collision tout en précisant n'avoir « aucune idée de ce qui a pu se passer ».

Le Président de la République Française, François Hollande, s'est rendu sur place où il a visité le poste de commandement des secours et les différentes équipes de secours. Il a ensuite salué l'action des secours et a indiqué que 3 enquêtes sont en cours, une de la SNCF, une du Ministère des Transports et une de la Justice française. Le bilan donné par le Président de la République fait état de 6 morts et de 22 blessés graves. Jean-Marc Ayrault s'est également rendu sur place avec Marisol Touraine et Frédéric Cuvilier sur les lieux de l'accident du train, le palais de Matignon annonce que le Premier ministre va « faire le point sur le déroulement des secours, des prises en charge dans les hôpitaux, la prise en charge des familles et des voyageurs ». Le Ministre de l'Intérieur, Manuel Valls s'est, à son tour, rendu sur les lieux du drame aux alentours de minuit.

Les personnes blessées ont été évacuées dans la soirée soit par la route, soit par les airs. Le porte parole du Ministre de l'intérieur, Pierre-Henry Brandet a annoncé que « les opérations de recherche vont se poursuivre dans la nuit pour voir si des victimes restent éventuellement coincées sous le wagon ou entre le train et les quais ».

A minuit, le bilan qui est actuellement toujours provisoire reste de six morts, huit blessés graves, 22 blessés légers et 227 autres voyageurs pris en charge.

Selon le ministre des transports Frédéric Cuvilier, le train roulait à une allure normale, soit 135 km/h pour une ligne limité à 150 km/h. Le ministre ajoute que « le déraillement est intervenu à hauteur d'un aiguillage situé 200 mètres en amont de la gare. » L'aiguillage en question avait subi une surveillance le 4 juillet.

Une photo de l'aiguillage qui semble à l'origine de l'accident est disponible sur le site pour la modernisation de la gare de Brétigny[1]. L'aiguillage concerné est celui présent sur la droite de cette photo. La photo : La gare de Brétigny-sur-Orge - © RFF / Stéphane Laniray.

Les conséquences sont nombreuses sur le reste du réseau de la SNCF. Le trafic ferroviaire a été totalement interrompu à la gare de Paris-Austerlitz et la ligne du RER C a été coupée. La gare de Brétigny-sur-Orge et le trafic ferroviaire resteront fermés pendant 3 jours pour les besoins de l'enquête. La SNCF a annoncé avoir envoyé sur place des engins de levage qui devraient arriver entre 3 et 4 heures du matin (UTC+2) pour dégager la carcasse du train dans la journée (travaux en cours).

Le président de la SNCF a mis en exergue le travail des cheminots « qui ont permis d’arrêter le train et d’éviter qu’il ne percute un autre train qui venait en sens inverse ». Un mouvement de solidarité s'est formé, les riverains sont prêt à loger des rescapés.

Le préfet de l'Essonne Michel Fuzeau, à annoncé que les victimes décédées étaient : un couple d'octogénaires originaires de Brétigny-sur-Orge, deux personnes originaires d'Etampes et deux autres de Limoges.

Une équipe cynophile aurait examiné les wagons couchés sans détecter aucune trace humaine avant qu'une grue ne vienne relever les wagons.

Notes

Article connexe[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimedia :

Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

Évènements du 12 juillet 2013

Jour suivant avant
    Page
  • Page France de Wikinews « France »
  • de Wikinews.