France : ne pouvant payer le gaz, la verrerie Duralex met 250 salariés au chômage

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Verres Duralex Provence.

Publié le 2 septembre 2022

La multiplication du prix du gaz par 18 et d'électricité par 22 depuis 2021, va obliger la verrerie orléanaise Duralex à ralentir sa production le 1er novembre et mettre en chômage partiel la plupart de ses 250 employés. L'entreprise a cessé de prendre des contrats de long terme, mais va continuer à faire tourner son activité au ralenti pour mettre en veille son four sans l'éteindre. Si on arrête ce four de 1 500 degrés, le magma de sable liquide va tomber dans les moules et se figer : ça coûtera un investissement colossal pour réparer. La mise en veille diminuera un peu la température et économisera l'énergie de 50 %.

Le syndicat CGT a demandé que les « salariés soient rémunérés à 100 % » d'autant qu'ils « ne sont pas responsables de la situation économique du pays ».

L'entreprise Duralex, qui signifie en latin « la loi est dure » et qui se trouve à la Chapelle-Saint-Mesmin dans le Loiret, avait réalisé un chiffre d'affaires de 23,4 millions d'euros en 2021. Même si depuis la fin 2021, Duralex n’achète plus de gaz à Gazprom mais à la filiale allemande de Gazprom qui a été nationalisée, l’énergie pèse aujourd'hui plus lourd que les salaires. « Il y a un an, l'énergie représentait 5 à 7 % de notre chiffre d'affaires. Au prix actuel de l'électricité et du gaz, on est monté à 40% !  » a affirmé José-Luis Llacuna, le dirigeant de l'entreprise. « Aujourd'hui, les prix sont d'une brutalité impensable », notamment après le déclenchement de l'offensive russe en Ukraine en février dernier, a t-il ajouté.

Grâce à l'achat de gaz à un prix viable, l'activité normale pourra reprendre dans quatre mois, le 1er mars 2023. Mais José-Luis Llacuna a prévenu que si le prix de l'énergie ne redescend pas, il y aura « des catastrophes » : « je crains pour l'industrie globale en France. Cette envolée folle des prix de l'énergie n'est pas tenable ».

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]


Logo Wikinews

avant Jour précédent

2 septembre 2022

Jour suivant avant