France : L'or et le bronze pour la France aux Olympiades Internationales d'Informatique

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

3 août 2011. – Les Olympiades internationales d'informatique, plus connues sous l'acronyme IOI, se déroulent chaque année depuis 1995. Elles mettent en compétition plus de 300 concurrents venus de près de 80 pays différents. Chaque pays envoie une délégation d'au plus quatre candidats accompagnés de deux entraîneurs. Cette année, la Thaïlande accueillait l'événement entre les 22 et 29 juillet 2011. Au terme de deux épreuves, la moitié des trois cents candidats a été médaillée en fonction du rang individuel.

La délégation française.

Les épreuves de sélection françaises se sont déroulées au cours des mois d'avril et de mai de la même année. Elles avaient désigné les quatre candidats suivants : Paul Kirchner, Jules Pondard, Georges-Axel Jaloyan et Mendès Oulamara. Après une formation de dix jours par les entraîneurs l'association France-IOI, ils ont participé aux deux épreuves de nature algorithmique. Parmi les quatre candidats, Paul Kirchner, qui s'est classé neuvième, a décroché l'or, et Jules Pondard, classé cent quatorzième, a obtenu le bronze. La France obtient donc sa deuxième médaille d'or aux IOI depuis sa première participation en 1996. La précédente médaille d'or remonte à 2005 par Mehdi Bouaziz avec le même classement. En plus de ces deux médailles d'or, la France a déjà récolté au total cinq médailles d'argent et vingt médailles de bronze.

Chaque épreuve se compose de 3 problèmes de nature algorithmique à résoudre en 5 heures. La solution traduite en langage machine est évaluée instantanément par un serveur qui affiche le nombre de points obtenus sur l'exercice qui dépend de deux critères (à supposer que l'algorithme fonctionne, sinon le score obtenu est nul) : le temps que prend l'algorithme pour fournir le résultat, et la quantité de mémoire vive que celui-ci utilise, respectivement appelés complexité en temps et en espace de l'algorithme. Ainsi, le sujet annonce plusieurs paliers de points, chaque palier correspondant généralement à un type d'algorithme ; les points du premier palier étant très faciles à obtenir, et les points du dernier étant réservés aux candidats les plus assidus (les sujets sont accessibles sur le site des IOI).

Chaque problème se base sur une situation plus ou moins réaliste de la vie quotidienne, par exemple :

  • l'organisation de courses de voitures,
  • l'évasion d'un labyrinthe dans lequel un méchant gardien ferme, dès que vous arrivez sur une intersection, le sentier vous permettant de quitter le plus vite possible ce labyrinthe,
  • le calcul du nombre de caméras qu'il faut pour qu'un ensemble de danseurs (dont les mouvements sont décrits) restent tous à tout moment dans le champs couvert par ces caméras.

Les sélectionnés français s'entraînent au cours de l'année sur le site de l'association qui regroupe plus de 1 500 exercices de toute difficulté, permettant de même la formation des futurs candidats, âgés au plus de 19 ans et n'étant pas diplômés du secondaire.

Sources