France : Jean-Pierre Bel devient le premier président socialiste du Sénat

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Moins d'une semaine après les élections sénatoriales qui ont vu la chambre haute du parlement passer à l'opposition, le socialiste Jean-Pierre Bel devient aujourd'hui le premier homme politique de gauche à accéder à la présidence du sénat depuis des décennies.

Jean-Pierre Bel, sixième président du Sénat sous la Ve République.

1er octobre 2011. – C'est un évènement historique : pour la première fois depuis 1968 le président de la chambre haute du parlement, le Sénat, est issu de la gauche. Jean-Pierre Bel, 59 ans, sénateur de l'Ariège, accède donc au Plateau[1] est devient ainsi le numéro 2 de l'État français.

Sénateur de l'Ariège depuis 1998 et président du groupe socialiste du Sénat à partir de 2004, Jean-Pierre Bel était inconnu du grand public avant la semaine dernière, où le basculement inédit à gauche de la deuxième chambre du Parlement lors du renouvellement sénatorial le mit sur le devant de la scène. Il est alors présenté comme favori pour succéder au candidat sortant Gérard Larcher, en poste depuis le 1er octobre 2008.

Comme le veut la tradition, les résultats ont été annoncés lors de la séance publique par le doyen du Sénat, le président du Parti communiste réunionnais Paul Vergès, âgé de 86 ans. Le candidat unique de la nouvelle majorité (PS, PCF, PRG, EELV) est élu dès le premier tour par 179 voix, alors que le président UMP sortant Gérard Larcher n'en recueille que 134 et la candidate centriste Valérie Létard 29. Il obtient ainsi 7 voix de plus que la majorité absolue des suffrages exprimés lors du vote individuel et secret à la tribune.

Lors de son premier discours devant la Haute assemblée, il exprime le vœu « de faire vivre l'alternance au Sénat » en affirmant que « nous ne serons pas ici dans je ne sais quel bastion », « je ne serai jamais là pour servir un clan ou une clientèle : je veux, toujours, me tourner vers l'intérêt collectif ». Puis c'est avec émotion qu'il rend hommage à sa famille, résistante et communiste, ainsi qu'à sa région du Sud-Ouest.

Le Premier ministre François Fillon l'a d'ors et déjà invité « à le rencontrer à Matignon dans les prochains jours ». Au cours de leur conversation téléphonique, F. Fillon a déclaré « qu'il souhaitait que le gouvernement et la Haute assemblée puissent travailler dans un climat de responsabilité ».

Quel sera son rôle ?

Son rôle est de représenter le Sénat et de diriger les débats de cette assemblée. Il doit être consulté par le président de la République lorsque ce dernier souhaite dissoudre l'Assemblée nationale ou mettre en œuvre des pouvoirs exceptionnels (article 16 de la Constitution). Le président du Sénat assure l'intérim en cas de vacance de la Présidence de la République (mais sans le droit de recourir au référendum, de dissoudre l'Assemblée nationale ou de demander une révision de la Constitution). Cela est arrivé deux fois, lors de la démission du général de Gaulle (1969) et lors de la mort de Georges Pompidou (1974), les deux fois cet intérim a été assuré par Alain Poher. De par cette attribution, le président du Sénat peut devenir le premier personnage de l'État dans l'ordre constitutionnel, pendant cet intérim (c'est pourquoi il est souvent dit que le président du Sénat est le deuxième personnage de l'État).

Notes

Sources



  • Page France de Wikinews Page « France » de Wikinews. L'actualité française dans le monde.