Droit en France : l'envoi d'un S.M.S. peut constituer un moyen de preuve en Justice

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

24 mai 2007. – C'est une affaire relative aux moyens de preuve consécutive aux nouvelles technologies que vient de rendre, hier, la Chambre sociale de la Cour de Cassation.

Une employée dans une SCP notariale a été licenciée pour faute grave en 2000. L'intéressée a donc saisi la justice prud'hommale en invoquant un licenciement consécutif à un harcèlement sexuel. Elle a donc joint, comme preuve, un SMS[1] envoyé par son employeur et dûment constaté par voie d'huissier. La cour de renvoi d'Agen lui a donc donné satisfaction par un arrêt en date du 5 avril 2006.

S'étant pourvu en cassation, l'employeur invoque devant les juges du droit qu'un S.M.S. doit être soumis au même régime juridique des conversations enregistrées à l'insu des intéressés. Il s'agirait donc un procédé déloyal , rendant ainsi un tel moyen de preuve irrecevable.

La Cour de cassation n'a pas suivi le raisonnement invoqué par la partie requérante. Selon les hauts magistrats, « si l’enregistrement d’une conversation téléphonique privée, effectué à l’insu de l’auteur des propos invoqués, est un procédé déloyal rendant irrecevable en justice la preuve ainsi obtenue, il n’en est pas de même de l’utilisation par le destinataire des messages écrits téléphoniquement adressés, dits S.M.S., dont l’auteur ne peut ignorer qu’ils sont enregistrés par l’appareil récepteur. »

La Cour a donc rejeté le pourvoi ainsi que l'ensemble des moyens invoqués par la SCP notariale.

Notes

Sources


Wikinews
Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews .
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).