Ceci est une page protégée.

Deux Français traversent l'Amazonie brésilienne d'Ouest en Est, à la rame et à la voile.

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Aller à la navigation Aller à la recherche


2 décembre 2005. – À l'occasion de l'année du Brésil en France, deux Français viennent de traverser, seuls, l'Amazonie brésilienne d'Ouest en Est, à la rame et à la voile, à bord d'une pirogue indigène traditionnelle, adaptée pour l'occasion en voilier à balancier.

Partis le 1er août de São Gabriel da Cachoeira, dernière bourgade brésilienne avant la frontière avec la Colombie et le Vénézuéla, Matthieu Virot (29 ans) et Marc Gayot (28 ans) ont atteint Belém, à l'orée de l'océan atlantique, au bout de 50 jours, soit un parcours de 3000 km sur les deux principaux fleuves qui traversent la forêt amazonienne : le Rio Negro et l'Amazone, dans lequel se jette le premier.

Pariant sur la simplicité, ils ont choisi pour leur périple une petite pirogue locale, à laquelle ils ont ensuite rajouté un balancier et une voile, à la manière des pirogues traditionnelles du Pacifique. Sans moteur ni moyen de communiquer, leur équipement technologique se limitait à un GPS (Global Positionning System) et à leur matériel photo et audio.

Ils ont ainsi traversé l'une des régions les mieux préservées d'Amazonie : le Rio Negro, et notamment les deux plus grands archipels fluviaux du monde, qui représentent des écosystèmes uniques et qui sont réputés pour leur complexité labyrinthique.

Arrivés sur l'Amazone, ils rencontrèrent les premières difficultés sérieuses, lesquelles n'étaient pas liées à l'isolement, aux animaux, ou à la survie en forêt, mais davantage aux forts vents contraires, à la houle, au trafic, et aux imprévisibles courants de marée, en particulier lors des dernières centaines de kilomètres de leur parcours, quand le fleuve présente une largeur allant jusqu'à 20 km.

Après 50 jours et quelques casses, inévitables étant donné l'utilisation de matériaux légers et naturels, Marc Gayot et Matthieu Virot ont finalement posé le pied sur les pontons de Belém, heureux et trempés par un ultime orage équatorial.

Sources