Des soldats de l'armée britannique vont passer devant une cour martiale pour crimes de guerre

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

20 juillet 2005. – Trois soldats anglais vont être passés en cour martiale pour avoir commis des crimes de guerre en Irak a annoncé le Général Attorney, Lord Goldsmith à la chambre des Lords.

Environ 11 soldats Britanniques sont accusés de mauvais traitements sur deux civils Irakiens en septembre 2003. Sept, incluant les trois accusés de crimes de guerre, ont été accusés des incidents qui s'étaient produits fin 2003. Quatre ont été accusés de l'homicide involontaire d'Ahmed Kareem en mai 2003. Ils sont cependant acquitté d'avoir jeté de force M. Kareem qui était accusé de pillage dans le canal de Shatt-al-Arab a Bassora, où il se noya peu après.

Les trois autres (Caporal Donald Payne, 34; Sous-Corporal Wayne Crowcroft, 21; et Private Darren Fallon, 22 ans) ont été inculpés par la cour internationale en 2001.

Ils viennent du 1er bataillion, Queen's Lancashire Regiment (QLR). Le regiment a été au centre de précédentes accusations d'abus en Irak. Le Daily Mirror publia en mai 2004 des photographies prétendant être des soldats du QLR abusant des prisonniers Iraquiens. Les photographies s'avérèrent avoir été fabriquées par ailleurs, et le rédacteurs en chef, Piers Morgan, renvoyé.

Les charges

Le sous-caporal Payne a été inculpé pour préméditation et pratique de traitements inhumains ayant entrainé la mort, et entrave à la justice. Il est acquitté de l'accusation de meurtre de Baha D'oud Salim Mousa, un réceptionniste de 26 ans de Bassorah. Le sous-caporal Crowcroft et Private Fallon ont aussi été inculpés d'homicide involontaire et de traitements inhumains.

Le sergent Kelvin Stacey, 28 ans, aussi du QLR, est acquitté du délit d'avoir aggressé un détenu qui aujourd'hui éprouve des difficultés corporelles importantes.

Le colonel Jorge Mendonca, 41 ans, l'ancien officier commandant du QLR; le Major Michael Peebles, 34ans ; et l'officier de garantie -Warrant Officer- Mark Davies, 36 ans, les deux du Intelligence Corps, ont été accusé de négligence coupable, ce qui est contraire à l'Army Act de 1955.

Tous les quatre sont accusés de l'homocide involontaire d'Ahmed Kareem (aussi bien que de violences sur d'autres détenus) et viennent des Foot Guards, l'unité d'élite de l'armée britannique. Il s'agit du : Sergent Carle Selman, 38 ans, également des Coldstream Guards (aujourd'hui avec les Scots Guards); le soldat Guardsmen Martin McGing, 21 ans, et de l'Irish Guards; du soldat Guardsman Joseph McCleary, 23 ans, et également d'un soldat inconnu de 21 ans.

Réactions

Le secrétaire d'État à la défense, John Reid, à répondu dans un communiqué à ces accusations. Dans ce communiqué, M. Reid déclare, « Aujourd'hui le tribunal militaire indépendent a apporté des charges contre les militaires britanniques en vertu des lois qui seront entendues par une cour martiale Britannique. Toute personne accusée est innocente jusqu'à ce que soit prouvée sa culpabilité et il s'agit pour les Cours Martiales de considérer les preuves dans chaque cas et de rendre un verdict ».

En février, trois soldats britanniques avaient été emprisonnés et démis de l'armée après avoir été jugés coupables d'abus sur des Irakiens proches de Bassorah. Le Chief of the General Staff, Sir Mike Jackson, les condamna fermement, et s'excusa vis-à-vis des victimes et du peuple irakien.

La poursuite en justice de soldats britanniques pour des crimes de guerre a cependant été critiquée par d'anciens chefs du personnel de la défense. Plus tôt ce mois-ci, quelques anciens de La Chambre des Lords ont indiqué que les poursuites démoralisent les forces armées britanniques, et peuvent mettre les vies des soldats en danger si la crainte de la poursuite les empêche d'ouvrir le feu.

En mai 2005, Lord Boyce, qui détenait ce poste en tant qu'Amiral durant la Seconde guerre du Golfe, déclara dans une interview dans le quotidien britannique The Observer qu'il savait qu'il ne serait pas en complète immunité vis-à-vis de la cour internationale de justice.

Dans l'interview, il déclara : « Si mes soldats et moi-même allons en prison, d'autres viendront avec moi » (If my soldiers went to jail and I did, some other people would go with me).

Si après avoir été interrogé le premier ministre Tony Blair et Lord Goldsmith seront avec lui s'il est tenu de rendre des comptes, Lord Boyce déclara : « très juste ! » (Too bloody right!)

Sources